Du terme arabe يَخْفٰى /yakhfaa (racine : خ-ف-ي/kh-f-y) ayant le sens de « être caché, couvert, cacher, dissimuler, rendre invisible, inconnu, occulter » dans l’Al Qoran des musulmans.

 

Par טThốth – Θώθ – Ἑρμῆς ὁ Τρισμέγιστος –  إدريس  – Idriss ( دَرَسَ  darasa– يَدْرُسُ  yadrusu– اُدْرُسْ   – udrus ! – enseigner, apprendre ) – חֲנוֹךְḤănōkh (חנך -Hanak- établir, instruire) –  𓏏𓅝𓏭𓀭 ( Ḏḥwty ) nous avons juré !!!

 

 

 

𓇉 𓄿 𓊪 𓋳 (translittér : ḥ3p) : être, devenir secret, caché, mystérieux. Caché, secret, mystérieux .

𓇉 𓄿 𓊪 𓋳 𓀜 (translittér : ḥ3p) : celer, cacher.

𓇉 𓄿 𓊪 𓏛  (translittér : ḥ3p) : secret, chose cachée .

 

 

«mḏ3.t pw ʿ3.t št3.w jm=k rd {t} ( w) m33 s(y) jr.t nb.w bw.t pw rḫ(w) s(y) ḥ3pw s{w} <y> ḫpr(w) sw mḏ3.t tn»

Traduction : « C’est un livre important de secrets. Veuille ne pas permettre que l’œil de quiconque le voie : ce serait une abomination ! Celui qui le connaît (et) qui le dissimule se permet d’exister ! Ce livre, […] »

j~n=j ḥȜp(w)=j jwtyw

sr(w) w.t

pnq(w)=j ḥwȜȜ(.t)

m-ḫt mnj

Traduction :

Si je suis venu, c’est (afin) que je puisse cacher la corruption

qu’annonce l’embaumeur

(et) que je puisse éponger la putréfaction

après la mort!

Extraits des Textes des Sarcophages du Moyen Empire égyptien, volume 2, CT VI, Spell [644]( support du texte : sarcophage A1C)) page 265, section b, c, d, e. Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 1470, Éditions du Rocher, 2004.

Extraits du Chapitre 162 du Papyrus de Iouefânkh, Turin ( suite 2 et fin) dans le Livre des Morts de l’Égypte ancienne, p.689, translittération et traduction de M. Claude Carrier, édit. CYBELE 2009.

וַֽיִּשְׁמְע֞וּ אֶת־קֹ֨ול יְהוָ֧ה אֱלֹהִ֛ים מִתְהַלֵּ֥ךְ בַּגָּ֖ן לְר֣וּחַ הַיֹּ֑ום וַיִּתְחַבֵּ֨א הָֽאָדָ֜ם וְאִשְׁתֹּ֗ו מִפְּנֵי֙ יְהוָ֣ה אֱלֹהִ֔ים בְּתֹ֖וךְ עֵ֥ץ הַגָּֽן׃

Translittération : « way·yiš·mə·‘ū ’êṯ-qō·wl -Yah·weh ’ĕ·lō·hîm miṯ·hal·lêḵ bag·gān lə·rū·aḥ hay·yō·wm ; way·yiṯ·ḥab· hā·’ā·ḏām wə·’iš·tōw mip·pə·nê Yah·weh ’ĕ·lō·hîm, bə·ṯō·wḵ ‘êṣhag·gān « 

Traduction Louis Segond Bible : «Alors ils entendirent la voix de l’Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin.» Genèse 3:8, Bible. 

أَلَّا يَسْجُدُوا۟ لِلَّهِ ٱلَّذِى يُخْرِجُ ٱلْخَبْءَ فِى ٱلسَّمَٰوَٰتِ وَٱلْأَرْضِ وَيَعْلَمُ مَا تُخْفُونَ وَمَا تُعْلِنُونَ / Translittération : «‘Allā Yasjudū Lillāhi Al-Ladhī Yukhriju Al-Khab’a Fī As-Samāwāti Wa Al-‘Arđi Wa Ya`lamu Mā Tu{khfū}na Wa Mā Tu`linūna» / Traduction : «Que ne se prosternent-ils devant Allah qui fait sortir ce qui est caché dans les cieux et la terre, et qui sait ce que vous cachez et aussi ce que vous divulguez ?» 

Sourate 27 النمل / An-Naml/Les Fourmis, verset 25. 

 

«إِذْ نَادَىٰ رَبَّهُۥ نِدَآءً خَفِيًّۭا / Translittération : ‘Idh Nādá Rabbahu Nidā’an {Khafī}yāan / Traduction : Lorsqu’il invoqua son Seigneur d’une invocation secrète 

Sūratu-Maryam 19/ مريم / Marie, verset 3. Al Qoran. 

«وَإِن تَجْهَرْ بِٱلْقَوْلِ فَإِنَّهُۥ يَعْلَمُ ٱلسِّرَّ وَأَخْفَى / Translittération : Wa ‘In Tajhar Bil-Qawli Fa’innahu Ya`lamu As-Sirra Wa ‘A{khfá} / Traduction : Et si tu élèves la voix, Il connaît certes les secrets, même les plus cachés

Sūratu-ṭā hā 20 / طه / ṭā hā, verset 7, Al Qoran. 

إِن تُبْدُوا۟ شَيْـًٔا أَوْ تُخْفُوهُ فَإِنَّ ٱللَّهَ كَانَ بِكُلِّ شَىْءٍ عَلِيمًۭا / Translittération : «‘In Tubdū Shay’āan ‘Aw Tu{khfū}hu Fa’inna Allāha Kāna Bikulli Shay’in `Alīmāan» / Traduction: «Que vous divulguiez une chose ou que vous la cachiez,… Allah demeure Omniscient.» 

Sourate 33 الأحزاب /Al-Ahzab/Les Coalisés, verset 54. 

أُخْفِىَ  (cacher, celer)

يَخْفَىا  (cacher)

 

Ce terme خَفِىَ / khafiya (caché, dissimulé, couvert, secret, inconnu, occulte) que l’on trouve dans plusieurs versets du Livre sacré de l’Islam vient de l’ancien égyptien. Il ne vient aucunement pas du tout d’une langue arabe pure! Il est originellement un emprunt à l’ancien égyptien. Sa racine première et le sens qu’il recouvre vient de l’ancien égyptien. La langue hébraïque l’a sans doute hérité des Medou Neter. Nous pensons que c’est par le biais des Yehoudim, de leur Liber Sacer, La Thora, de l’hébreu qui contient moult termes des Medou Neter que ce mot que l’on trouve dans le texte coranique ayant le sens de « être caché, couvert, dissimulé, invisible, occulte » a pu accéder à la langue des arabes. Le terme existe en Akkadien et en Syriaque et il se peut que l’emprunt soit plus ancien par le biais de l’akkadien par exemple. Tant en arabe qu’en hébreu et autant en syriaque le sens originel de ce mot quand on le conduit à sa racine est demeuré en réalité bien intact tel que reçu de l’ancien égyptien!

En ancien égyptien le graphème 𓇉 𓄿 𓊪 𓋳  ou 𓎛𓇉 𓄿𓋳𓊪 𓏛  (Translittération : « ḥ3p » /Khap) signifiait « couvrir, recouvrir, cacher, se cacher, voiler, celer, tenir secret », il désignait également un lieu secret, couvert, une cache, une crypte. Le signe hiéroglyphique qui sert à écrire la première lettre de ce mot de l’ancien égyptien dans l’une de ses variantes est celui-ci 𓎛 (il se prononce : h ou ḥ) . Son équivalent en arabe est ح ‘ḥa’ ou (ẖa /kha) et en hébreu ח (‘h’ ou ‘kh’/hèt).

On retrouve plusieurs mots en hébreu qui tirent originellement leur racine « primitive » de ce morphème de l’ancien égyptien 𓇉 𓄿 𓊪 𓋳 𓀜  ou  𓇉 𓄿 𓊪 𓋳 «ḥ3p» (verbe ou adjectif ) ayant la signification «d’être de devenir secret, caché, mystérieux, de cacher, de celer, de couvrir quelque chose » nantis de la valeur sémantique conservée tels que dans  :

חָפָא ( chapha’ / prononcez « khaw-faw’ ») : couvrir, faire secrètement. Réf. 2 Rois 17 : 9 :

וַיְחַפְּא֣וּ בְנֵֽי־יִשְׂרָאֵ֗ל דְּבָרִים֙ אֲשֶׁ֣ר לֹא־כֵ֔ן עַל־יְהוָ֖ה אֱלֹהֵיהֶ֑ם וַיִּבְנ֨וּ לָהֶ֤ם בָּמֹות֙ בְּכָל־עָ֣רֵיהֶ֔ם מִמִּגְדַּ֥ל נֹוצְרִ֖ים עַד־עִ֥יר מִבְצָֽר׃

Traduction Martin Bible : «

Et les enfants d’Israël avaient fait couvertement ( וַיְחַפְּא֣וּ / way·ḥap··’ū ) des choses qui n’étaient point droites devant l’Eternel leur Dieu; et s’étaient bâti des hauts lieux par toutes leurs villes, depuis la tour des gardes jusqu’aux villes fortes.» Ou חָפַף ( Chophaph’, prononcez « Khaw-faf’ ») : verbe couvrir, enclore, abri, bouclier, entourer en hébreu. ( Réf : Deutéronome 33 : 12

לְבִנְיָמִ֣ן אָמַ֔ר יְדִ֣יד יְהֹוָ֔ה יִשְׁכֹּ֥ן לָבֶ֖טַח עָלָ֑יו חֹפֵ֤ף עָלָיו֙ כָּל־הַיֹּ֔ום וּבֵ֥ין כְּתֵיפָ֖יו שָׁכֵֽן׃ ס  / Traduction Louis Segond Bible : « Sur Benjamin il dit: C’est le bien-aimé de l’Eternel, Il habitera en sécurité auprès de lui; L’Eternel le couvrira (חֹפֵ֤ף / ḥō·p̄êp̄) toujours, Et résidera (שָׁכֵֽן׃ / šā·ḵên) entre ses épaules.» ou חֻפָּה (Chuppah, prononcez « khooppaw’ ») qui vient de « Chaphah » et qui signifie chambre, salle, dais, Cabinet et au sens figuré protection divine. ( Réf Joël 2 : 16 :

אִסְפוּ־עָ֞ם קַדְּשׁ֤וּ קָהָל֙ קִבְצ֣וּ זְקֵנִ֔ים אִסְפוּ֙ עֹֽולָלִ֔ים וְיֹנְקֵ֖י שָׁדָ֑יִם יֵצֵ֤א חָתָן֙ מֵֽחֶדְרֹ֔ו וְכַלָּ֖ה מֵחֻפָּתָֽהּ׃

Traduction Louis Segond Bible : « Assemblez le peuple, formez une sainte réunion! Assemblez les vieillards, Assemblez les enfants, Même les nourrissons à la mamelle! Que l’époux sorte de sa demeure, Et l’épouse de sa chambre! (מֵחֻפָּתָֽהּ /mê·ḥup··ṯāh)  » et Ésaïe 4 : 5 : וּבָרָ֣א יְהוָ֡ה עַל֩ כָּל־מְכֹ֨ון הַר־צִיֹּ֜ון וְעַל־מִקְרָאֶ֗הָ עָנָ֤ן ׀ יֹומָם֙ וְעָשָׁ֔ן וְנֹ֛גַהּ אֵ֥שׁ לֶהָבָ֖ה לָ֑יְלָה כִּ֥י עַל־כָּל־כָּבֹ֖וד חֻפָּֽה׃ / Traduction Louis Segond Bible : « L’Eternel établira, sur toute l’étendue de la montagne de Sion Et sur ses lieux d’assemblées, Une nuée fumante pendant le jour, Et un feu de flammes éclatantes pendant la nuit; Car tout ce qui est glorieux sera mis à couvert(חֻפָּֽה /ḥup·pāh). ».

La langue hébraïque a su garder cet ancien mot égyptien 𓇉 𓄿 𓊪 𓋳 «ḥ3p» signifiant « celer, cacher couvrir, recouvrir/ mystérieux, tenir secret, secret, caché.» à travers le terme חָפַף ( Chophaph’, prononcez « Khawfaf’ ») : verbe couvrir, enclore, abri, bouclier, entourer en hébreu.

Quelques références de plus dans le Livre sacré des Yehoudim où on trouve ce terme hérité de la langue des Pharaons :

Psaume 19 : 5 :

וְה֗וּא כְּ֭חָתָן יֹצֵ֣א מֵחֻפָּתֹ֑ו יָשִׂ֥ישׂ כְּ֝גִבֹּ֗ור לָר֥וּץ אֹֽרַח׃ / Traduction Louis Segond Bible : « Et le soleil, semblable à un époux qui sort de sa chambre (מֵחֻפָּת֑וֹ / mê·ḥup··ṯōw) , S’élance dans la carrière avec la joie d’un héros; »

2 Samuel 15 : 30 :

וְדָוִ֡ד עֹלֶה֩ בְמַעֲלֵ֨ה הַזֵּיתִ֜ים עֹלֶ֣ה ׀ וּבֹוכֶ֗ה וְרֹ֥אשׁ לֹו֙ חָפ֔וּי וְה֖וּא הֹלֵ֣ךְ יָחֵ֑ף וְכָל־הָעָ֣ם אֲשֶׁר־אִתֹּ֗ו חָפוּ֙ אִ֣ישׁ רֹאשֹׁ֔ו וְעָל֥וּ עָלֹ֖ה וּבָכֹֽה׃

Traduction Louis Segond Bible : « David monta la colline des oliviers. Il montait en pleurant et la tête couverte (חָפ֔וּי /ḥā·p̄ui ), et il marchait nu-pieds; et tous ceux qui étaient avec lui se couvrirent (חָפוּ֙/ ḥā·p̄ū ) aussi la tête, et ils montaient en pleurant. »

2 Chroniques 3 : 7 :

וַיְחַ֨ף אֶת־הַבַּ֜יִת הַקֹּרֹ֧ות הַסִּפִּ֛ים וְקִֽירֹותָ֥יו וְדַלְתֹותָ֖יו זָהָ֑ב וּפִתַּ֥ח כְּרוּבִ֖ים עַל־הַקִּירֹֽות׃ ס /Traduction Louis Segond Bible : « Il couvrit( וַיְחַ֨ף / way·ḥap) d’or la maison, les poutres, les seuils, les parois et les battants des portes, et il fit sculpter des chérubins sur les parois. »

Esther 7 : 8 :

וְהַמֶּ֡לֶךְ שָׁב֩ מִגִּנַּ֨ת הַבִּיתָ֜ן אֶל־בֵּ֣ית ׀ מִשְׁתֵּ֣ה הַיַּ֗יִן וְהָמָן֙ נֹפֵ֔ל עַל־הַמִּטָּה֙ אֲשֶׁ֣ר אֶסְתֵּ֣ר עָלֶ֔יהָ וַיֹּ֣אמֶר הַמֶּ֔לֶךְ הֲ֠גַם לִכְבֹּ֧ושׁ אֶת־הַמַּלְכָּ֛ה עִמִּ֖י בַּבָּ֑יִת הַדָּבָ֗ר יָצָא֙ מִפִּ֣י הַמֶּ֔לֶךְ וּפְנֵ֥י הָמָ֖ן חָפֽוּ׃ ס / Traduction Martin Bible : « Puis le Roi retourna du jardin du palais au lieu où l’on avait présenté le vin de la collation; (or Haman s’était jeté sur le lit où était Esther) et le Roi dit : Forcerait-il bien encore sous mes yeux la Reine en cette maison? Dès que la parole fut sortie de la bouche du Roi, aussitôt on couvrit (חָפֽוּ׃ / ḥā·p̄ū ) le visage d’Haman. »

Ce mot يَخْفٰى /yakhfaa ( racine : خ-ف-ي/kh-f-y) ayant le sens de « être caché, couvert, dissimulé, invisible, occulte » en langue arabe et dont on trouve les équivalents en hébreu , en Syriaque (Couvrir : Hpo’ [Pe]; cacher : – Hapi [Pa]; se cacHer : – ’etHapi [Etpa].) en grec (καλύπτω / Kalupto / kal-oop’-to signifiant « Couvrir, couvert, caché ») et en latin ( cooperio, is, ire, perui, pertum, tr. avec le sens de « couvrir entièrement ») est un héritage de l’égyptien ancien. C’est un lointain emprunt à la langue des « maudits pharaons ». En Canaanite hébreu nous avons « ḥāpā» avec le sens de « couvrir» ou «ḥāpap», «abriter, couvrir» , en Akkadien nous avons «ḫapū» signifiant «emballer, envelopper» ou «apāpu» ayant le sens «d’entourer», en Araméen judéo-palestinien, «ḥªpā», «couvrir» ou «ḥªpap», «couvrir, protéger», (le terme dans cette variante Araméenne existe comme en Canaanite hébreu aussi dans l’Al Qoran dans l’acception «d’entourer» au verset 32 de la Sūratu-l-Kahf . Le voici : «وَٱضْرِبْ لَهُم مَّثَلًۭا رَّجُلَيْنِ جَعَلْنَا لِأَحَدِهِمَا جَنَّتَيْنِ مِنْ أَعْنَٰبٍۢ وَحَفَفْنَٰهُمَا بِنَخْلٍۢ وَجَعَلْنَا بَيْنَهُمَا زَرْعًۭا / Translittération : Wa Ađrib Lahum Mathalāan Rajulayni Ja`alnā Li’ĥadihimā Jannatayni Min ‘A`nābin Wa « {Ĥafaf}nāhumā » Binakhlin Wa Ja`alnā Baynahumā Zar`āan / Traduction : Donne-leur l’exemple de deux hommes: à l’un d’eux Nous avons assigné deux jardins de vignes que Nous avons entourés de palmiers et Nous avons mis entre les deux jardins des champs cultivés.» Sūratu-l-Kahf 18 /الكهف / La Caverne, verset 32-Al Qoran.) . On le retrouve aussi en Sudarabique jibbâli, « ḫefi » qui veut dire «disparaître, être caché». Nous avons le mot en langues éthiopiennes : en amharique : « əffəya » en harari : « uffa » pour désigner un «couvercle». Le mot d’origine ancienne égyptienne est employé à foison dans le Livre sacré des musulmans qu’est l’Al Qoran al Karim. Beaucoup de musulmans arabes ou non-arabes, arabophones ou pas emploient et entendent moult termes arabes qui se trouvent dans leur Liber Sacer sans en connaitre l’origine véritable ou les significations premières. Ils pensent que tous les mots du Coran relèvent d’une « langue arabe pure ». Ils sont d’autant plus convaincus de cela sans en démordre parce que leur livre sacré dit sans ambages de son contenu qu’il est une révélation de « la parole divine » -à leur prophète considéré comme le dernier- dans une « langue arabe pure, évidente ou claire »! Allant jusqu’à soutenir que la langue du Paradis pour tous les musulmans sera la langue arabe!

Les mots et les sens qui leur sont conférés ont toujours une histoire et on peut remonter à leur origine. Les mots sont voyageurs. Ils voyagent dans le temps d’une langue à une autre.

L’Al Qoran des musulmans dit bien ceci de lui-même au sujet de son contenu révélé dans la Sourate 26,الشعراء / As-Shuaraa/ Les Poètes , Versets 193-195 :

نَزَلَ بِهِ ٱلرُّوحُ ٱلْأَمِينُ

عَلَىٰ قَلْبِكَ لِتَكُونَ مِنَ ٱلْمُنذِرِينَ

بِلِسَانٍ عَرَبِىٍّۢ مُّبِينٍۢ

translitération du passage : Nazala Bihi Ar-Rūĥu Al-‘Amīnu/`Alá Qalbika Litakūna Mina Al-Mundhirīna/Bilisānin `Arabīyin Mubīnin/

Traduction du passage : « et l’Esprit fidèle est descendu avec cela/sur ton cœur, pour que tu sois du nombre des avertisseurs,/en une langue arabe très claire. »

Et dans un passage de la Sourate 41, فصلت / Fussilat ( Les Versets détaillés) qu’est le verset 44 :

وَلَوْ جَعَلْنَٰهُ قُرْءَانًا أَعْجَمِيًّۭا لَّقَالُوا۟ لَوْلَا فُصِّلَتْ ءَايَٰتُهُۥٓ ۖ ءَا۬عْجَمِىٌّۭ وَعَرَبِىٌّۭ ۗ قُلْ هُوَ لِلَّذِينَ ءَامَنُوا۟ هُدًۭى وَشِفَآءٌۭ ۖ وَٱلَّذِينَ لَا يُؤْمِنُونَ

فِىٓ ءَاذَانِهِمْ وَقْرٌۭ وَهُوَ عَلَيْهِمْ عَمًى ۚ أُو۟لَٰٓئِكَ يُنَادَوْنَ مِن مَّكَانٍۭ بَعِيدٍۢ

Translittération du passage :

« Wa Law Ja`alnāhu Qur’ānāan ‘A`jamīyāan Laqālū Lawlā Fuşşilat ‘Āyātuhu ‘A’a`jamīyun Wa `Arabīyun Qul Huwa Lilladhīna ‘Āmanū Hudáan Wa Shifā’un Wa Al-Ladhīna Lā Yu’uminūna Fī ‘Ādhānihim Waqrun Wa Huwa `Alayhim `Amáan ‘Ūlā’ika Yunādawna Min Makānin Ba`īdin. »

Traduction d’une partie du passage :

«Si Nous avions fait de [cette Révélation] une prédication en [langue] barbare [Qur’ānāan ‘A`jamīyāan] ils auraient dit : « Pourquoi ces aya n’ont-elles pas été rendues intelligibles? Pourquoi [sont-elles en langues] barbare [‘A’a`jamīyun] alors que [notre idiome)] est arabe? […] »» . Coran 41 : 44 ).

Le terme يَخْفٰى /yakhfaa, racine خ-ف-ي/kh-f-y) ayant le sens de « être caché, couvert, dissimulé, invisible, occulte » est un mot hérité des Medou Neter, de la langue des anciens égyptiens !

Voici quelques références coraniques où il est employé :

سَوَآءٌۭ مِّنكُم مَّنْ أَسَرَّ ٱلْقَوْلَ وَمَن جَهَرَ بِهِۦ وَمَنْ هُوَ مُسْتَخْفٍۭ بِٱلَّيْلِ وَسَارِبٌۢ بِٱلنَّهَارِ / Translittération : «Sawā’un Minkum Man ‘Asarra Al-Qawla Wa Man Jahara Bihi Wa Man Huwa Musta{khfi}n Bil-Layli Wa Sāribun Bin-Nahāri» /Traduction : «Sont égaux pour lui, celui parmi vous qui tient secrète sa parole, et celui qui la divulgue, celui qui se cache la nuit comme celui qui se montre au grand jour.»

Sourate 13, الرعد / Ar-Raad/ Le Tonnerre verset 10 

يَسْتَخْفُونَ مِنَ ٱلنَّاسِ وَلَا يَسْتَخْفُونَ مِنَ ٱللَّهِ وَهُوَ مَعَهُمْ إِذْ يُبَيِّتُونَ مَا لَا يَرْضَىٰ مِنَ ٱلْقَوْلِ ۚ وَكَانَ ٱللَّهُ بِمَا يَعْمَلُونَ مُحِيطًا / Translittération : «Yasta{khfū}na Mina An-Nāsi Wa Lā Yasta{khfū}na Mina Allāhi Wa Huwa Ma`ahum ‘Idh Yubayyitūna Mā Lā Yarđá Mina Al-Qawli Wa Kāna Allāhu Bimā Ya`malūna Muĥīţāan» / Traduction : «Ils cherchent à se cacher des gens, mais ils ne cherchent pas à se cacher d’Allah. Or, Il est avec eux quand ils tiennent la nuit des paroles qu’Il (Allah) n’agrée pas. Et Allah ne cesse de cerner (par Sa science) ce qu’ils font.»

Sourate 4 / النساء / An-Nisa’ / Les Femmes, verset 108 . 

إِن تُبْدُوا۟ خَيْرًا أَوْ تُخْفُوهُ أَوْ تَعْفُوا۟ عَن سُوٓءٍۢ فَإِنَّ ٱللَّهَ كَانَ عَفُوًّۭا قَدِيرًا / translittération : «‘In Tubdū Khayrāan ‘Aw Tu{khfū}hu ‘Aw Ta`fū `An Sū’in Fa’inna Allāha Kāna `Afūwāan Qadīrāan» / Traduction : «Que vous fassiez du bien, ouvertement ou en cachette, ou bien que vous pardonniez un mal… Alors Allah est Pardonneur et Omnipotent.» 

Sourate 4 / النساء / An-Nisa’ / Les Femmes, verset 149

بَلْ بَدَا لَهُم مَّا كَانُوا۟ يُخْفُونَ مِن قَبْلُ ۖ وَلَوْ رُدُّوا۟ لَعَادُوا۟ لِمَا نُهُوا۟ عَنْهُ وَإِنَّهُمْ لَكَٰذِبُونَ / Translittération : « Bal Badā Lahum Mā Kānū Yu{khfū}na Min Qablu Wa Law Ruddū La`ādū Limā Nuhū `Anhu Wa ‘Innahum Lakādhibūna» Traduction : « Mais non ! Voilà que leur apparaîtra ce qu’auparavant ils cachaient. Or, s’ils étaient rendus [à la vie terrestre], ils reviendraient sûrement à ce qui leur était interdit. Ce sont vraiment des menteurs.» 

Sourate 6 الأنعام / Al-Anam/ Les Bestiaux, verset 28. 

قُلْ مَن يُنَجِّيكُم مِّن ظُلُمَٰتِ ٱلْبَرِّ وَٱلْبَحْرِ تَدْعُونَهُۥ تَضَرُّعًۭا وَخُفْيَةًۭ لَّئِنْ أَنجَىٰنَا مِنْ هَٰذِهِۦ لَنَكُونَنَّ مِنَ ٱلشَّٰكِرِينَ / Translittération : « Qul Man Yunajjīkum Min Žulumāti Al-Barri Wa Al-Baĥri Tad`ūnahu Tađarru`āan Wa {Khufy}atan La’in ‘Anjānā Min Hadhihi Lanakūnanna Mina Ash-Shākirīna» / Traduction : «Dis: « Qui vous délivre des ténèbres de la terre et de la mer ? » Vous l’invoquez humblement et en secret: « S’Il nous délivre de ceci, nous serons du nombre des reconnaissants.»

Sourate 6 الأنعام / Al-Anam/ Les Bestiaux, verset 63. 

ٱدْعُوا۟ رَبَّكُمْ تَضَرُّعًۭا وَخُفْيَةً ۚ إِنَّهُۥ لَا يُحِبُّ ٱلْمُعْتَدِينَ / Translittération : «Ad`ū Rabbakum Tađarru`āan Wa {Khufy}atan ‘Innahu Lā Yuĥibbu Al-Mu`tadīna» / Traduction : «Invoquez votre Seigneur en toute humilité et recueillement et avec discrétion. Certes, Il n’aime pas les transgresseurs.» 

Sourate 7 الأعراف / Al-Araf/ Les Murailles, verset 55. 

أَلَآ إِنَّهُمْ يَثْنُونَ صُدُورَهُمْ لِيَسْتَخْفُوا۟ مِنْهُ ۚ أَلَا حِينَ يَسْتَغْشُونَ ثِيَابَهُمْ يَعْلَمُ مَا يُسِرُّونَ وَمَا يُعْلِنُونَ ۚ إِنَّهُۥ عَلِيمٌۢ بِذَاتِ ٱلصُّدُورِ / Translittération : «‘Alā ‘Innahum Yathnūna Şudūrahum Liyasta{khfū} Minhu ‘Alā Ĥīna Yastaghshūna Thiyābahum Ya`lamu Mā Yusirrūna Wa Mā Yu`linūna ‘Innahu `Alīmun Bidhāti Aş-Şudūri» / Traduction : «Eh quoi ! Ils replient leurs poitrines afin de se cacher de Lui. Même lorsqu’ils se couvrent de leurs vêtements, Il sait ce qu’ils cachent et ce qu’ils divulguent car Il connaît certes le contenu des poitrines.»

Sourate 11 هود / Hud, verset 5. 

سَوَآءٌۭ مِّنكُم مَّنْ أَسَرَّ ٱلْقَوْلَ وَمَن جَهَرَ بِهِۦ وَمَنْ هُوَ مُسْتَخْفٍۭ بِٱلَّيْلِ وَسَارِبٌۢ بِٱلنَّهَارِ

Translittération : «Sawā’un Minkum Man ‘Asarra Al-Qawla Wa Man Jahara Bihi Wa Man Huwa Musta{khfi}n Bil-Layli Wa Sāribun Bin-Nahāri» / Traduction : «Sont égaux pour lui, celui parmi vous qui tient secrète sa parole, et celui qui la divulgue, celui qui se cache la nuit comme celui qui se montre au grand jour.»

Sourate 13 الرعد / Ar-Raad/ Le Tonnerre, verset 10. 

رَبَّنَآ إِنَّكَ تَعْلَمُ مَا نُخْفِى وَمَا نُعْلِنُ ۗ وَمَا يَخْفَىٰ عَلَى ٱللَّهِ مِن شَىْءٍۢ فِى ٱلْأَرْضِ وَلَا فِى ٱلسَّمَآءِ

Translittération : «Rabbanā ‘Innaka Ta`lamu Mā Nu{khfī} Wa Mā Nu`linu Wa Mā Ya{khfá} `Alá Allāhi Min Shay’in Fī Al-‘Arđi Wa Lā Fī As-Samā’i» / Traduction : «Ô notre Seigneur, Tu sais, vraiment, ce que nous cachons et ce que nous divulguons: -et rien n’échappe à Allah, ni sur terre, ni au ciel ! »

Sourate 14 إبراهيم / Ibrahim, verset 38. 

أَلَّا يَسْجُدُوا۟ لِلَّهِ ٱلَّذِى يُخْرِجُ ٱلْخَبْءَ فِى ٱلسَّمَٰوَٰتِ وَٱلْأَرْضِ وَيَعْلَمُ مَا تُخْفُونَ وَمَا تُعْلِنُونَ / Translittération : «‘Allā Yasjudū Lillāhi Al-Ladhī Yukhriju Al-Khab’a Fī As-Samāwāti Wa Al-‘Arđi Wa Ya`lamu Mā Tu{khfū}na Wa Mā Tu`linūna» / Traduction : «Que ne se prosternent-ils devant Allah qui fait sortir ce qui est caché dans les cieux et la terre, et qui sait ce que vous cachez et aussi ce que vous divulguez ?» 

Sourate 27 النمل / An-Naml/Les Fourmis, verset 25. 

فَلَا تَعْلَمُ نَفْسٌۭ مَّآ أُخْفِىَ لَهُم مِّن قُرَّةِ أَعْيُنٍۢ جَزَآءًۢ بِمَا كَانُوا۟ يَعْمَلُونَ / Translittération : «Falā Ta`lamu Nafsun Mā ‘U{khfi}ya Lahum Min Qurrati ‘A`yunin Jazā’an Bimā Kānū Ya`malūna» / Traduction : «Aucun être ne sait ce qu’on a réservé pour eux comme réjouissance pour les yeux, en récompense de ce qu’ils œuvraient !»

Sourate 32 السجدة /As-Sajda/ La Prosternation, verset 17. 

وَإِذْ تَقُولُ لِلَّذِىٓ أَنْعَمَ ٱللَّهُ عَلَيْهِ وَأَنْعَمْتَ عَلَيْهِ أَمْسِكْ عَلَيْكَ زَوْجَكَ وَٱتَّقِ ٱللَّهَ وَتُخْفِى فِى نَفْسِكَ مَا ٱللَّهُ مُبْدِيهِ وَتَخْشَى ٱلنَّاسَ وَٱللَّهُ أَحَقُّ أَن تَخْشَىٰهُ ۖ فَلَمَّا قَضَىٰ زَيْدٌۭ مِّنْهَا وَطَرًۭا زَوَّجْنَٰكَهَا لِكَىْ لَا يَكُونَ عَلَى ٱلْمُؤْمِنِينَ حَرَجٌۭ فِىٓ أَزْوَٰجِ أَدْعِيَآئِهِمْ إِذَا قَضَوْا۟ مِنْهُنَّ وَطَرًۭا ۚ وَكَانَ أَمْرُ ٱللَّهِ مَفْعُولًۭا / Translittération : «Wa ‘Idh Taqūlu Lilladhī ‘An`ama Allāhu `Alayhi Wa ‘An`amta `Alayhi ‘Amsik `Alayka Zawjaka Wa Attaqi Allāha Wa Tu{khfī} Fī Nafsika Mā Allāhu Mubdīhi Wa Takhshá An-Nāsa Wa Allāhu ‘Aĥaqqu ‘An Takhshāhu Falammā Qađá Zaydun Minhā Waţarāan Zawwajnākahā Likay Lā Yakūna `Alá Al-Mu’uminīna Ĥarajun Fī ‘Azwāji ‘Ad`iyā’ihim ‘Idhā Qađaw Minhunna Waţarāan Wa Kāna ‘Amru Allāhi Maf`ūlāan» / Traduction : «Quand tu disais à celui qu’Allah avait comblé de bienfait, tout comme toi-même l’avais comblé: « Garde pour toi ton épouse et crains Allah », et tu cachais en ton âme ce qu’Allah allait rendre public. Tu craignais les gens, et c’est Allah qui est plus digne de ta crainte. Puis quand Zayd eut cessé toute relation avec elle, Nous te la fîmes épouser, afin qu’il n’y ait aucun empêchement pour les croyants d’épouser les femmes de leurs fils adoptifs, quand ceux-ci cessent toute relation avec elles. Le commandement d’Allah doit être exécuté.» 

Sourate 33 الأحزاب /Al-Ahzab/Les Coalisés, verset 37. 

إِن تُبْدُوا۟ شَيْـًٔا أَوْ تُخْفُوهُ فَإِنَّ ٱللَّهَ كَانَ بِكُلِّ شَىْءٍ عَلِيمًۭا / Translittération : «‘In Tubdū Shay’āan ‘Aw Tu{khfū}hu Fa’inna Allāha Kāna Bikulli Shay’in `Alīmāan» / Traduction: «Que vous divulguiez une chose ou que vous la cachiez,… Allah demeure Omniscient.» 

Sourate 33 الأحزاب /Al-Ahzab/Les Coalisés, verset 54. 

يَوْمَ هُم بَٰرِزُونَ ۖ لَا يَخْفَىٰ عَلَى ٱللَّهِ مِنْهُمْ شَىْءٌۭ ۚ لِّمَنِ ٱلْمُلْكُ ٱلْيَوْمَ ۖ لِلَّهِ ٱلْوَٰحِدِ ٱلْقَهَّارِ / Translittération : «Yawma Hum Bārizūna Lā Ya{khfá}`Alá Allāhi Minhum Shay’un Limani Al-Mulku Al-Yawma Lillāhi Al-Wāĥidi Al-Qahhāri» / Traduction : «le jour où ils comparaîtront sans que rien en eux ne soit caché à Allah. A qui appartient la royauté, aujourd’hui ? A Allah, l’Unique, le Dominateur.»

Sourate 40 غافر /Gafir / Le Pardonneur, verset 16. 

يَوْمَئِذٍۢ تُعْرَضُونَ لَا تَخْفَىٰ مِنكُمْ خَافِيَةٌۭ 

Translittération : «Yawma’idhin Tu`rađūna Ta{khfá} Minkum {Khāfi}yahun» / Traduction : «Ce jour-là vous serez exposés; et rien de vous ne sera caché 

Sourate 69 الحاقة /Al Haqqah /Celle qui montre la Vérité, verset 18. 

Sūratu-ṭā hā 20 / طه / ṭā hā, verset 15, Al Qoran :

إِنَّ ٱلسَّاعَةَ ءَاتِيَةٌ أَكَادُ أُخْفِيهَا لِتُجْزَىٰ كُلُّ نَفْسٍۭ بِمَا تَسْعَىٰ

Translittération : «‘Inna As-Sā`ata ‘Ātiyatun ‘Akādu ‘U{khfī}hā Litujzá Kullu Nafsin Bimā Tas`á»

Traduction : «L’Heure va certes arriver. Je la cache à peine, pour que chaque âme soit rétribuée selon ses efforts.»

Sourate 6, الأنعام , Al-Anam/ Les Bestiaux, verset 91 :

وَمَا قَدَرُوا۟ ٱللَّهَ حَقَّ قَدْرِهِۦٓ إِذْ قَالُوا۟ مَآ أَنزَلَ ٱللَّهُ عَلَىٰ بَشَرٍۢ مِّن شَىْءٍۢ ۗ قُلْ مَنْ أَنزَلَ ٱلْكِتَٰبَ ٱلَّذِى جَآءَ بِهِۦ مُوسَىٰ نُورًۭا وَهُدًۭى لِّلنَّاسِ ۖ تَجْعَلُونَهُۥ قَرَاطِيسَ تُبْدُونَهَا وَتُخْفُونَ كَثِيرًۭا ۖ وَعُلِّمْتُم مَّا لَمْ تَعْلَمُوٓا۟ أَنتُمْ وَلَآ ءَابَآؤُكُمْ ۖ قُلِ ٱللَّهُ ۖ ثُمَّ ذَرْهُمْ فِى خَوْضِهِمْ يَلْعَبُونَ

Translittération française :

«Wa Mā Qadarū Allāha Ĥaqqa Qadrihi ‘Idh Qālū Mā ‘Anzala Allāhu `Alá Basharin Min Shay’in Qul Man ‘Anzala Al-Kitāba Al-Ladhī Jā’a Bihi Mūsá Nūrāan Wa Hudáan Lilnnāsi Taj`alūnahu Qarāţīsa Tubdūnahā Wa Tu{khfū}na Kathīrāan Wa `Ullimtum Mā Lam Ta`lamū ‘Antum Wa Lā ‘Ābā’uukum Quli Allāhu Thumma Dharhum Fī Khawđihim Yal`abūna.»

Traduction française : «Ils n’apprécient pas Allah comme Il le mérite quand ils disent: « Allah n’a rien fait descendre sur un humain. » Dis: « Qui a fait descendre le Livre que Musa (Moïse) a apporté comme lumière et guide, pour les gens ? Vous le mettez en feuillets, pour en montrer une partie, tout en cachant beaucoup. Vous avez été instruits de ce que vous ne saviez pas, ni vous ni vos ancêtres. Dis: « C’est Allah. » Et puis, laisse-les s’amuser dans leur égarement.»

Sourate 3, آل عمران / Al-Imran/ La Famille d’Imran, verset 5 :

إِنَّ ٱللَّهَ لَا يَخْفَىٰ عَلَيْهِ شَىْءٌۭ فِى ٱلْأَرْضِ وَلَا فِى ٱلسَّمَآءِ

Translittération française :

‘Inna Allāha Lā Ya{khfá} `Alayhi Shay’un Fī Al-‘Arđi Wa Lā Fī As-Samā’i

Traduction : «Rien, vraiment, ne se cache d’Allah de ce qui existe sur la terre ou dans le ciel.»

Sourate 3, آل عمران / Al-Imran/ La Famille d’Imran, verset 29 :

قُلْ إِن تُخْفُوا۟ مَا فِى صُدُورِكُمْ أَوْ تُبْدُوهُ يَعْلَمْهُ ٱللَّهُ ۗ وَيَعْلَمُ مَا فِى ٱلسَّمَٰوَٰتِ وَمَا فِى ٱلْأَرْضِ ۗ وَٱللَّهُ عَلَىٰ كُلِّ شَىْءٍۢ قَدِيرٌۭ

Translittération française :

«Qul ‘In Tu{khfū} Mā Fī Şudūrikum ‘Aw Tubdūhu Ya`lamhu Allāhu Wa Ya`lamu Mā Fī As-Samāwāti Wa Mā Fī Al-‘Arđi Wa Allāhu `Alá Kulli Shay’in Qadīrun»

Traduction : « Dis: « Que vous cachiez ce qui est dans vos poitrines ou bien vous le divulguiez, Allah le sait. Il connaît tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et Allah est Omnipotent. »

Sourate 3, آل عمران / Al-Imran/ La Famille d’Imran, verset 118 :

يَٰٓأَيُّهَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُوا۟ لَا تَتَّخِذُوا۟ بِطَانَةًۭ مِّن دُونِكُمْ لَا يَأْلُونَكُمْ خَبَالًۭا وَدُّوا۟ مَا عَنِتُّمْ قَدْ بَدَتِ ٱلْبَغْضَآءُ مِنْ أَفْوَٰهِهِمْ وَمَا تُخْفِى صُدُورُهُمْ أَكْبَرُ ۚ قَدْ بَيَّنَّا لَكُمُ ٱلْءَايَٰتِ ۖ إِن كُنتُمْ تَعْقِلُونَ

Translittération française :

«Yā ‘Ayyuhā Al-Ladhīna ‘Āmanū Lā Tattakhidhū Biţānatan Min Dūnikum Lā Ya’lūnakum Khabālāan Wa Ddū Mā `Anittum Qad Badati Al-Baghđā’u Min ‘Afwāhihim Wa Mā Tu{khfī} Şudūruhum ‘Akbaru Qad Bayyannā Lakumu Al-‘Āyāti ‘In Kuntum Ta`qilūna.»

Traduction française : «Ô les croyants, ne prenez pas de confidents en dehors de vous-mêmes: ils ne failliront pas à vous bouleverser. Ils souhaiteraient que vous soyez en difficulté. La haine certes s’est manifestée dans leurs bouches, mais ce que leurs poitrines cachent est encore plus énorme. Voilà que Nous vous exposons les signes. Si vous pouviez raisonner ! »

Sourate 3, آل عمران / Al-Imran/ La Famille d’Imran, verset 154 :

ثُمَّ أَنزَلَ عَلَيْكُم مِّنۢ بَعْدِ ٱلْغَمِّ أَمَنَةًۭ نُّعَاسًۭا يَغْشَىٰ طَآئِفَةًۭ مِّنكُمْ ۖ وَطَآئِفَةٌۭ قَدْ أَهَمَّتْهُمْ أَنفُسُهُمْ يَظُنُّونَ بِٱللَّهِ غَيْرَ ٱلْحَقِّ ظَنَّ ٱلْجَٰهِلِيَّةِ ۖ يَقُولُونَ هَل لَّنَا مِنَ ٱلْأَمْرِ مِن شَىْءٍۢ ۗ قُلْ إِنَّ ٱلْأَمْرَ كُلَّهُۥ لِلَّهِ ۗ يُخْفُونَ فِىٓ أَنفُسِهِم مَّا لَا يُبْدُونَ لَكَ ۖ يَقُولُونَ لَوْ كَانَ لَنَا مِنَ ٱلْأَمْرِ شَىْءٌۭ مَّا قُتِلْنَا هَٰهُنَا ۗ قُل لَّوْ كُنتُمْ فِى بُيُوتِكُمْ لَبَرَزَ ٱلَّذِينَ كُتِبَ عَلَيْهِمُ ٱلْقَتْلُ إِلَىٰ مَضَاجِعِهِمْ ۖ وَلِيَبْتَلِىَ ٱللَّهُ مَا فِى صُدُورِكُمْ وَلِيُمَحِّصَ مَا فِى قُلُوبِكُمْ ۗ وَٱللَّهُ عَلِيمٌۢ بِذَاتِ ٱلصُّدُورِ

Translittération française :

«Thumma ‘Anzala `Alaykum Min Ba`di Al-Ghammi ‘Amanatan Nu`āsāan Yaghshá Ţā’ifatan Minkum Wa Ţā’ifatun Qad ‘Ahammat/hum ‘Anfusuhum Yažunnūna Billāhi Ghayra Al-Ĥaqqi Žanna Al-Jāhilīyati Yaqūlūna Hal Lanā Mina Al-‘Amri Min Shay’in Qul ‘Inna Al-‘Amra Kullahu Lillāhi Yu{khfū}na Fī ‘Anfusihim Mā Lā Yubdūna Laka Yaqūlūna La Kāna Lanā Mina Al-‘Amri Shay’un Mā Qutilnā Hāhunā Qul Law Kuntum Fī Buyūtikum Labaraza Al-Ladhīna Kutiba `Alayhimu Al-Qatlu ‘Ilá Mađāji`ihim Wa Liyabtaliya Allāhu Mā Fī Şudūrikum Wa Liyumaĥĥişa Mā Fī Qulūbikum Wa Allāhu `Alīmun Bidhāti Aş-Şudūri

Traduction française :

« Puis Il fit descendre sur vous, après l’angoisse, la tranquillité, un sommeil qui enveloppa une partie d’entre vous, tandis qu’une autre partie était soucieuse pour elle-même et avait des pensées sur Allah non conformes à la vérité, des pensées dignes de l’époque de l’Ignorance. -Ils disaient: « Est-ce que nous avons une part dans cette affaire ? » Dis: « L’affaire toute entière est à Allah. » Ce qu’ils ne te révèlent pas, ils le cachent en eux-mêmes: « Si nous avions eu un choix quelconque dans cette affaire, disent-ils, nous n’aurions pas été tués ici. » Dis: « Eussiez-vous été dans vos maisons, ceux pour qui la mort était décrétée seraient sortis pour l’endroit où la mort les attendait. Ceci afin qu’Allah éprouve ce que vous avez dans vos poitrines, et qu’Il purifie ce que vous avez dans vos cœurs. Et Allah connaît ce qu’il y a dans les cœurs. »

Sourate 40, غافر / Gafir/ Le Pardonneur, verset 19 :

يَعْلَمُ خَآئِنَةَ ٱلْأَعْيُنِ وَمَا تُخْفِى ٱلصُّدُورُ

Translittération française :

Ya`lamu Khā’inata Al-‘A`yuni Wa Mā Tu{khfī} Aş-Şudūru

Traduction française : «Il (Allah) connaît la trahison des yeux, tout comme ce que les poitrines cachent

Voici quelques passages du Livre des Morts de L’Egypte ancienne où figure le terme hérité par l’hébreu, le Syriaque, l’Arabe :

«j njw.t ṯwy jm(y)-t ẖr.t-nṯr ḥ3p(w).t ẖ.t sḫm(w).t 3ḫ.w jwt(y).t pr(w).t ʿqy.w…»

Traduction : Ô cette cité qui est dans la nécropole, qui cache le corps, qui dispose des Bienheureux (et) d’où ne sortent pas Ceux qui y sont entrés…»

Extraits du Chapitre 149 ( suite 11) du Livre des Morts de l’Égypte ancienne, p. 626, translittération et traduction de M. Claude Carrier, édit. CYBELE 2009.

« […] mr(w).t = s ḥ3p ẖ.t rn= ṯ Jknty rn n(y) jry ʿ3=s»

Traduction : « […] Celui qui a souhaité dissimuler le corps » est ton nom. « Ikenty » est le nom du préposé à sa porte.»

Extraits du Chapitre 146 (suite 5) du Livre des Morts de l’Égypte ancienne, p.592, translittération et traduction de M. Claude Carrier, édit. CYBELE 2009.

«mḏ3.t pw ʿ3.t št3.w jm=k rd {t} ( w) m33 s(y) jr.t nb.w bw.t pw rḫ(w) s(y) ḥ3pw s{w} <y> ḫpr(w) sw mḏ3.t tn»

Traduction : « C’est un livre important de secrets. Veuille ne pas permettre que l’œil de quiconque le voie : ce serait une abomination ! Celui qui le connaît (et) qui le dissimule se permet d’exister ! Ce livre, […] »

Extraits du Chapitre 162 du Papyrus de Iouefânkh, Turin (suite 2 et fin) dans le Livre des Morts de l’Égypte ancienne, p.689, translittération et traduction de M. Claude Carrier, édit. CYBELE 2009.

j~n=j ḥȜp(w)=j jwtyw

sr(w) w.t

pnq(w)=j ḥwȜȜ(.t)

m-ḫt mnj

Traduction :

Si je suis venu, c’est (afin) que je puisse cacher la corruption

qu’annonce l’embaumeur

(et) que je puisse éponger la putréfaction

après la mort!

Extraits des Textes des Sarcophages du Moyen Empire égyptien, volume 2, CT VI, Spell [644]( support du texte : sarcophage A1C)) page 265, section b, c, d, e. Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 1470, Éditions du Rocher, 2004.

Le terme 𓇉 𓄿 𓊪 𓋳 figure aussi dans le fascicule IV(15,16, 46, 63, 99, 834) de Urkunden der 18. Dynastie, des Textes hiéroglyphiques de la 18ème Dynastie compilés par le savant allemand égyptologue et philologue Kurt Heinrich Sethe (1869 –1934) ou vous pouvez le chercher et le trouver dans le Papyrus Ebers -traduit par l’égyptologue allemand Georg Moritz Ebers (1837-1898)- l’un des plus anciens traités médicaux de l’Égypte ancienne rédigé au xvie siècle avant notre ère durant le règne d’Amenhotep Ier où sous Amenhotep II au xive siècle ou xve siècle avant av. J.-C.selon certains égyptologues.

Paris le 25 Octobre 2018

Iry Mekhat (Le préposé à la Balance)

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s