Du divin Potier

Qdt (quedet) /kité : substantif. unité de poids

Khnoum (Chnouphis), le dieu-potier d’Esna modelant, façonnant sur son tour le « rmṯ/rémètch », l’être humain. Il est secondé dans sa tâche par sa parèdre Heqet (déesse grenouille protectrice de la parturiente) qui présente l’Ankh aux narines du « rmṯ/rémètch » pour lui donner la vie.

Qd : verb. construire, poterie.

QD : substantif. Forme, aspect

 

 

 

 

 

Par ט -טית  Thốth ! 𓏏𓅝𓏭𓀭( ḎḤWTY )- דַּעַת / DAĀTH !

De l’éponyme « ḳd » de l’ancien dieu de l’Egypte pharaonique 𓎸 𓅓 𓏲 𓅆 : ẖnmw (Khnoum), le QD nTry (QèD nétèry), le divin Potier et des vocables coraniques forgés à partir de la racine [ ق د ر / q-d-r ].

𓂧 : main avec le pouce accolé aux autres doigts . Lettre D ancien égyptien (venant d’un ancien mot égyptien désignant la main , « Id« . Comparez avec le יָד Yad [yawd] hébreu, main et arabe يَد / Yad / main ) équivalant aux lettres en hébreu דּ ‘d̪’ dāl ou ט ‘t’ tet ; à celle arabe د ‘d’ dāl ; au phénicien 𐤃 Daleth (porte). Sémitiques : d, ṭ, t.
𓂧 𓏏 𓏺 ( lire ḏr.t / dhérè.t signifiant main en ancien égyptien ou poignée de de jarre ou piquet. Comparez ce terme avec le Zereth  » זֶרֶת  » hébreu signifiant « paume» de la main et ayant aussi le sens d’unité de mesure, un empan, une demi-coudée environ ou la distance entre le pouce et le petit doigt d’une main ouverte. Et comparez-le aussi avec le vocable qui veut dire coudée en arabe ذراع / ḏrāʿ. Ces deux termes en hébreu et en arabe sont un héritage de l’ancien égyptien )

Référence du terme Zereth  » זֶרֶת  » dans la Torah :

מִֽי־מָדַ֨דבְּשָׁעֳל֜וֹמַ֗יִםוְשָׁמַ֙יִם֙בַּזֶּ֣רֶת

Translittération : mî-mā·ḏaḏ bə·šā·‘o·lōw ma·yim wə·šā·mā·yim baz·ze·reṯ

Traduction : «Qui est celui qui a mesuré les eaux avec le creux de sa main, et qui a pris les dimensions des cieux avec la paume […].» Ésaïe 40 : 12 .

Ou ici dans 1 Samuel 17: 4 :

וַיֵּצֵ֤א אִֽישׁ־הַבֵּנַ֙יִם֙ מִמַּחֲנֹ֣ות פְּלִשְׁתִּ֔ים גָּלְיָ֥ת שְׁמֹ֖ו מִגַּ֑ת גָּבְהֹ֕ו שֵׁ֥שׁ אַמֹּ֖ות וָזָֽרֶת׃

Translittération : way·yê·ṣê ’îš hab·bê·na·yim mim·ma·ḥă·nō·wṯ pə·liš·tîm gā·lə·yāṯ šə·mōw mig·gaṯ gā·ḇə·hōw šêš ’am·mō·wṯ wā·zā·reṯ

Traduction : « Un homme sortit alors du camp des Philistins et s’avança entre les deux armées. Il se nommait Goliath, il était de Gath, et il avait une taille de six coudées et un empan. »

La référence la plus ancienne pour ce terme de la langue pharaonique 𓂧 𓏏 𓏺 (ḏr.t / dhérè.t) se trouve être Les Textes des Pyramides de l’Égypte ancienne, les Textes des Pyramides d’Ounas et de Téti :

16c – d n =k sw m ḏr.t=k ḏd mdw sp 4 (j)m sfḫḫ=k jm=f

Traduction : « Place-le donc dans ta main ! Formule à réciter quatre fois- Ne le laisse pas s’échapper. »

Textes des Pyramides de l’Égypte Ancienne Tome 1, Textes des Pyramides d’Ounas et de Téti. Textes de la Pyramide d’Ounas , textes du passage entre la chambre funéraire et l’antichambre , localisation W/ F-A/N, colonne 9, Spruch {23}, paragraphe 16c. Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 98, édit. CYBELLE 2009

324 d – ḏr šwt ʿ ḥnbw m W

Traduction : « depuis que la main s’est vidée des rayons du soleil grâce à Ounas. »

Textes des Pyramides de l’Égypte Ancienne Tome 1, Textes des Pyramides d’Ounas et de Téti. Textes de la Pyramide d’Ounas, textes de l’antichambre , localisation W/A/S, colonne 9, Spruch {261}, paragraphe 324 d . Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 130, édit. CYBELLE 2009

D’autres références de textes où vous pouvez retrouver l’ancien vocable égyptien : dans P.Eb (G.Ebers, Papyrus, Leipzig ; G.Lefebvre, Essai sur la médecine égyptienne de l’époque pharaonique, Paris) 36,19;41,11; Sin. (A.M.Blackman, the story of Sinouhe, Bruxelles ; R. Koch, Die Erzärhung des Sinuhe, Bibliotheca Ægyptiaca XVII, Bruxelles) B54 et P.West.( A.Erman, Die Märchen des Papyrus Westcar, Berlin) 4,3.

Pour l’équivalent arabe de ce vocable hérité de l’ancien égyptien 𓂧 𓏏 𓏺 ( lire ḏr.t / dhérè.t ), qu’est ذراع / ḏrāʿ on le rencontre par exemple deux fois dans cet hadith rapporté par Bukhârî et Muslim :

عن أبي هريرة – رضي الله عنه – قال : قال النبي – صلى الله عليه وسلم

يقول الله تعالى :

أنا عند ظن عبدي بي ، وأنا معه إذا ذكرني ، فإن ذكرني في نفسه ذكرته في نفسي ، وإن ذكرني في ملإ ذكرته في ملإ خير منهم ، وإن تقرب إلي بشبر تقربت إليه ذراعا ، وإن تقرب إلي ذراعا تقربت إليه باعا ، وإن أتاني يمشي أتيته هرولة

رواه البخاري ومسلم

Translittération : ʿn abī hrīrẗ – rḍī al-lh ʿnh – qāl : qāl al-nbī – ṣli al-lh ʿlīh ūslm

īqūl al-lh tʿāli :

ʾanā ʿnd ẓn ʿbdī bī , ūʾanā mʿh iḏā ḏkrnī , fin ḏkrnī fī nfsh ḏkrth fī nfsī , win ḏkrnī fī mli ḏkrth fī mli ẖīr mnhm , win tqrb ilī bšbr tqrbt ilīh ḏrāʿā , win tqrb ilī ḏrāʿā tqrbt ilīh bāʿā , win atānī īmšī atīth hrūlẗ

rwāh al-bẖārī ūmslm

Traduction :

Selon Abû Horeirah qu’Allah soit satisfait de lui- le Prophète a dit : « Allah ta’âlâ a dit :

« Je suis selon l’opinion que Mon serviteur a de Moi et Je suis avec lui quand il Me mentionne.

S’il me mentionne en lui-même, Je le mentionne en Moi-même et s’il Me mentionne dans une assemblée, Je le mentionne dans une assemblée meilleure que la sienne.

S’il se rapproche de Moi d’un empan, Je me rapproche de lui d’une coudée. S’il se rapproche de Moi d’une coudée, Je me rapproche de lui d’une envergure (de bras), et s’il vient à Moi en marchant, Je vais à lui en M’empressant. »

𓏏 : équivalant à l’hébreu תּ ‘t’ Tav, à l’arabe ت ‘t’ tā’ , au phénicien T Taw avec ‘Croix’, 𐤈 Teth. Sémitique t, d, ṭ .

𓅆 : faucon sur le pavois.

Déterminatif de dieu ou roi. Pronom suff. Première personne du singulier ayant pour sujet un dieu ou un roi.

𓁠 : dieu assis à tête de bélier. Désigne le dieu ẖnm/ Khnoum. Variante d’écriture : 𓃝 .

𓃝 : bélier (b3, sr, ẖnmw). Dét. de Khnoum.

𓄅: tête de bélier. dét. d’autorité, de prestige, de dignité.

𓏲 : w (u/ ou) équivalent à 𓅱 : Poussin de caille. Translittération /w/ ou /u/ équivalent à l’hébreu ו ‘w’ ou ‘v’ Vav, à l’arabe و /wāw/, au wav syriaque ܘ ou au copte ou/ⲟⲩ , ō/Ⲱ

𓅓 : chouette. Valeur phonétique : /m/ . Équivalent à la lettre hébraïque ם /mem/ m, à celle arabe م /mīm, au phénicien 𐤌 Mem (eau en phénicien que les anciens égyptiens écrivaient en hiéroglyphe 𓈗 /mw/ mou) .

𓊌 : pierre, brique ( ḏbt, dbn). Dét. de pierre, de brique, de poids.

𓊅 : inb/inèb (mur). Dét. de muraille, de fortification.

𓀨 : homme debout construisant un mur 𓊅 . Variante de 𓀢 , i3w, dw3, glorifier, prier, adorer , respecter (se souvenir de la devise bénédictine Or & labora, prie et travaille, la louange divine associée au travail de la main 𓂧 ) . Dét. de construire.

𓐪 : outil de fabricant de brique, de maçon ou de plâtrier (ḳd /khèd ). Dét. de forme, de construire.

𓏛 : rouleau de papyrus relié et scellé. Dét. de ciseau, d’écriture, de notions abstraites, de total.

𓏸 : cercle moyen (ḳd /khèd) variante de 𓏌 ( nw/nou-pot ). Dét. de circulaire, sphérique, de poterie, tesson de poterie, de maçonnerie.

𓎸 : jarre en pierre à anse ( ẖnm , /(kh)nm ; ẖnmw/(kh)nmou). Dét. de joindre, de Khnoum.

𓏌 : Pot, vase ( nw/nou ) déterminatif de qd (construction) ou de mesure, de liquide, de tributs ou d’oindre.

𓏺 𓏺 𓏺 : trois traits ( w ) signe du pluriel ou le chiffre trois «ḫmt/khémèt».

 

𓀀 : homme assis, genou à terre, « ḥms/khémès ». Employé alternativement au 𓇋 , le Yod ancien égyptien ayant valeur phonétique i ou ȧ/a. Équivalent à la lettre de l’alphabet hébreu Yod (י, phonétique /j/) ou à sa première lettre א /Aleph (אִ , אֵ), à l’arabe ى (yā) à l’Alif (أ ou إ ), au phénicien 𐤉 (Yodh), à la dixième lettre de l’alphabet syriaque.

𓀜 : Homme frappant avec un bâton tenu à deux mains. Déterminatif de force, violence, de ce qui demande un effort, d’enseigner.

𓀢 : homme debout les bras levés devant lui (i3w, dw3). Dét. d’adorer, de supplier, de respecter.

𓂡 : avant-bras, la main tenant un bâton. Effort, force, violence. Dét. de tout tout acte qui requiert un effort, un examen.

𓂻 : jambes marchant. Venir, revenir, pas, démarche. Dét. de tout verbe ou nom de mouvement.

𓈎 : dune de sable, flanc de colline/ḳ, ḳ3, ḳ33, Valeur phonétique : «q».

𓐪 𓂧 𓏛𓏌 : ḳd /khèd– Pot.

𓐪 𓂧 𓏌 : ḳd /khèd – façonner, travailler avec le tour du potier. (Réf. BH I, 25).

𓀨𓀜 : ḳd /khèd– 1- verbe. construire, reconstruire, bâtir, rebâtir ( Réf. CT II, 271 ; Neferty 66 ; Sin. B297 ; Urk.IV, 767, 11; P.West 9, 25) ; façonner (des hommes; Réf. CT II, 3f ; Urk. IV, 161,2; 222, 13. Variantes : 𓏌 𓐪 𓂧𓀢 𓀜 ; 𓈎 𓂧𓐪 𓀨 ; 𓐪 𓂧 𓀨 ; 𓐪 𓏸 𓂧 𓂡 . Abréviation du terme 𓀨 .

𓐪 𓊅 𓀀 : ḳd /khèd – constructeur, maçon. ( Réf. Urk.I, 20, 17).

𓐪 𓂧 𓏌 𓏛: ḳd /khèd – 1- nom. forme, état, nature (Réf. CT IV, 414v ; Ptah.463; Urk.IV, 246, 3) ; 2- caractère, tempérament, qualité (Sin.B32 ; St. BM 614, 8) ; 3- dimension, étendue, superficie.

𓐪 𓏸 : ḳd /khèd – cercle.

𓐪 𓂧 𓏌 𓅱 𓏏 𓏺 𓏺 𓏺 𓏛 : lire « ḳdwt/khèdout », tracé, contour d’un dessin ou dessin.

𓐪 𓊌 𓏏 : Qdt (quedet) /kité : substantif ancien égyptien désignant une unité de poids équivalant à un dixième de débet soit 9, 1 g.

𓐪 𓂧 𓏌 𓂻 : ḳdi /khèdi Vb.3-infinitif : faire le tour. (Réf.Urk. IV, 85, 14).

𓎸 𓅓 𓏲 𓅆 : ẖnmw (Khnoum), dieu bélier, seigneur d’Eléphantine à qui les anciens égyptiens attribuaient la capacité de former, de créer les rmṯw ( rémètchou), les humains, un dieu doté de puissance créatrice . Il était censé les former, les sculpter sur son tour de potier avec le limon du Nil. Représenté le plus souvent dans les hiéroglyphes sous la figure d’un homme à tête de bélier tenant une croix ansée. Variante d’écriture du dieu : 𓎸𓅓𓏲𓁠 ; ou 𓁠 ou 𓄅 ou 𓃝 . Son éponyme est celui de Potier en ancien égyptien qu’est « ḳd /khèd », réf : Urk.IV, 223, 6 ; 225, 16; 234, 2.

Epithètes de Khnoum translittérées de l’ancien égyptien :

IQDW (IQèDou) : potier en action, constructeur.

QD NṮRy (QèD né NèTCHéRY): Potier divin, l’Ancêtre Potier.

QD RMT (QèD RéMèT), le Potier des Humains, qui façonne les Humains,

QD iR NiP (QèD IR NiP), le Potier,

QD Hr NHP (QèD HèR NéHèP), le Potier sur son tour de Potier,

QDHaW( QèD Haou), Celui qui modèle le corps.

En akkadien le « Kudurru » est la stèle qui marque, délimite une propriété, une frontière territoriale .

Le vocable « Kuduru » vient du verbe « kadāru » voulant dire en Akkadien « délimiter ». Le kudurru est une ligne de séparation, de délimitation d’un territoire. Comparez avec l’ancien égyptien 𓐪 𓂧 𓏌 𓅱 𓏏 𓏺 𓏺 𓏺 𓏛 : lire « ḳdwt/ khèdout », tracé, contour d’un dessin ou dessin.

L’expression « kudurra kadāru » signifiait tracer une frontière ; « kudurra kunnu », établir une frontière ; « kudurra naṣāru » qu’on peut traduire par « protéger la frontière ».

נבכדנאצר / Nəḇūḵhaḏnatṣṣar ; neb-oo-kad-nets-tsar ( נְבוּכַדְנֶאצַּר ) : que nebo protège les bornes, les frontières, la couronne.

نبوخذنصر /nibūḫaḏniṣṣar

Naboukadretsar (en babyl. Nàbou-koudour-outsour : Nabou protège la borne).

Epithètes royales assyriennes :

murappiš miṣrī u kudurrī : celui qui étend (pour l’agrandir) les bornes du pays.

mukīn ku-dur-ri : celui qui établit les frontières.

En araméen : 𐡊𐡃 /KD, jarre, cruche

En syriaque ancien : ܩܕܣܐ (qadsā, qaddəsā) ; (pluriel ܩܕܣܐ / qadsē, qaddəsē)) : pot en métal, chaudron, bouilloire. « Kadanā » désigne un petit vase à col étroit.

En ouagaritique : 𐎋𐎄/ (kd): jarre. De même qu’en ougaritique « kd » avait à la fois le sens de jarre et l’acception de mesure pour les liquides.

En grec: κᾰ́δος /(kádos) ou κάδδος /(káddos) : jarre, seau, fût, mesure pour liquide./ Toute unité de mesure permettant de mesurer le volume d’un liquide/La mesure du volume de liquides.

En latin : « cadus« , cruche, jarre, vase à large panse, à col étroit et à anses.

Le « cadus » en latin désignait le nom de mesure pour les liquides qui valait 3 urnes ou 12 congii ou 72 sextarii. Comparez avec le terme ancien égyptien : 𓐪 𓊌 𓏏 : Qdt (quedet) /kité : substantif ancien égyptien désignant une unité de poids.

En ge’ez : መቅድሕ/ mäḳdəḥ : jarre d’eau.

En hébreu : כַּד ( kad ) : jarre, cruche, grande jarre portable, pot, seau . קדר (nom masculin , potier, céramiste )

La Racine [ ق د ر / q-d-r ] en arabe apparait cent trente-deux fois dans le Coran à travers des vocables formés à partir d’elle : pouvoir, estimer, déterminer, mesurer, prendre la mesure de, évaluer, apprécier, être capable d’apprécier, fixer, assigner, décréter, puissant, être puissant, chaudron, marmite, cuire…

Vocables en arabe forgés à partir de cette racine [ ق د ر / q-d-r ] avec leurs différentes acceptions données en vrac ci-dessus en traduction française en face de cette même racine.

Quelques termes en arabe venant de cette racine :

( qadara-yaqdiru/ قَدَرَ – يَقْدِرُ ) – Verb. 1- pouvoir, avoir la force de, avoir le pouvoir sur, être capable de faire quelque chose, être à la hauteur de, déterminer, mesurer quelque chose, démontrer la quantité de quelque chose.

( قَادَرَ/ Qādara ) -valeur lexicale, verb. Sens : proportionner, rendre une chose proportionnelle à une autre.

( قَدَّرَ /qaddara/ يُقَدِّرُ / yuqaddiru ) – valeur lexicale, verbe, forme 2 – Sens : déterminer, estimer, calculer, évaluer, réparer, mesurer, apprécier, considérer, compter, penser, juger, présumer, supposer, conjecturer, deviner, prévoir, présager.

Noms- Adjectifs :

(القَادِر / Al-Qādir) : Attribut divin signifiant le Puissant, le Déterminant, qui possède l’attribut de Puissance.

( قَدْر / qadr )-pluriel : أَقْدَار / ʾaqdār ) -nom. Sens : dimension, valeur, grandeur, prestige, rang, mesure, quantité, chiffre, taille, volume, masse.

 

( مِقْدَار /miqdār/ pluriel مقَادِير / maqādīr ) : quantité, valeur (quantité numérique) .

( قَدَر /qadar ) – valeur lexicale-Nom verbal de qadira (être capable de )- Sens : destin, destinée, prédestination, part, fortune, volume, quantité d’une chose donnée.

( قِدْر / qidr– pluriel قُدُور /qudūr )- valeur lexicale, nom- : pot, bouilloire, marmite, faitout.

( قَدَح /qadaḥ ) , pluriel ( أقداح / ʾaqdāḥ ) : coupe à boire.

( قَدَم / qadam ) : pied, pas, mesure de pied.

 

( قَدَّ /يَقُدُّ ) / ( qadda/yaquddu ): couper, tailler.

 

( قَدّ / qdd ; plur. qudûd ) : taille, stature en arabe, mesure, dimension évaluée, teneur, ce qu’un mélange contient d’un corps particulier, dose, quantité quelconque, montant, valeur d’une chose, dimension quelconque, masse.

( تقدير / taqdir ) : estimer en arabe.

« Modeleur des Modeleurs, père des pères, mère des mères, qui fit les êtres d’En-Haut et créa les êtres d’En-Bas, le bélier sacré qui fit les béliers, Khnoum qui fit les dieux Khnoums, vigoureux de main, infatigable, de sorte qu’il n’est pas de travail qui s’accomplisse sans lui. (…) Il a façonné au tour les hommes, il a engendré les dieux, afin de peupler la terre et l’orbe du Grand Océan. Il vient à temps pour donner vie à tous ceux qui sont sortis sur son tour. »

— Hymne à Khnoum (extrait). Traduction de Serge Sauneron et Jean Yoyotte

𓂜 𓀨 𓀜 𓈖𓎸 𓅓 𓏲 𓅆 𓅓 𓂝  𓋴 𓐍 𓂋 𓏽 𓏛 𓇾 𓈇

n ḳd.n H̱nmw m sḫrw tȜ

 

Traduction : « Le dieu Potier Khnoum ne façonne plus les (êtres) à cause de l’état du pays. »

La prophétie d’Ipou-Our, in Les Prophéties de l’Égypte ancienne, textes traduits et commentés par André Fermat et Michel Lapidus, p.94, édit. MdV.

11,12

mtn sw ḥr ḏʿr ḳd <r(m)ṯ> ḥr-mí

Traduction : «Voyez, pourquoi recherche-t-il à façonner l’humanité?»

11,13

n tny snḏw r sḫmw íb

Traduction : «(alors qu’) il n’y a pas de distinction entre l’apeuré et le violent? »

La prophétie d’Ipou-Our, in Les Prophéties de l’Égypte ancienne, textes traduits et commentés par André Fermat et Michel Lapidus, p.170, édit. MdV.

qd(w)=s (ṯn) m rn=s n(y) SšȜ.t nb.t jqd.w

Traduction :

Quelle (te) façonne en son nom de Séchat,  » la Maîtresse des potiers »

Extraits des Textes des Sarcophages du Moyen Empire égyptien, volume 2, CT VI, Spell [778]( support du texte : sarcophage T6C [femme]), page 410, section i . Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 1738, Éditions du Rocher, 2004.

ٱلَّذِى لَهُۥ مُلْكُ ٱلسَّمَٰوَٰتِ وَٱلْأَرْضِ وَلَمْ يَتَّخِذْ وَلَدًۭا وَلَمْ يَكُن لَّهُۥ شَرِيكٌۭ فِى ٱلْمُلْكِ وَخَلَقَ كُلَّ شَىْءٍۢ فَقَدَّرَهُۥ تَقْدِيرًۭا

Translittération : Al-Ladhī Lahu Mulku As-Samāwāti Wa Al-‘Arđi Wa Lam Yattakhidh Waladāan Wa Lam Yakun Lahu Sharīkun Fī Al-Mulki Wa Khalaqa Kulla Shay’in Faqaddarahu Taqdīrāan

Traduction : Celui à qui appartient la royauté des cieux et de la terre, qui ne S’est point attribué d’enfant, qui n’a point d’associé en Sa royauté et qui a créé toute chose en lui donnant ses justes proportions.

Sourate 25, الفرقان / Al-Furqane/ Le Discernement , verset 2, Coran, traduction de Muhammad Hamidullah.

וַיִּיצֶר֩ יְהוָ֨ה אֱלֹהִ֜ים אֶת־הָֽאָדָ֗ם עָפָר֙ מִן־הָ֣אֲדָמָ֔ה וַיִּפַּ֥ח בְּאַפָּ֖יו נִשְׁמַ֣ת חַיִּ֑ים וַֽיְהִ֥י הָֽאָדָ֖ם לְנֶ֥פֶשׁ חַיָּֽה׃

 

Translittération : way·yî·ṣer Yah·weh ’ĕ·lō·hîm ’êṯ hā·’ā·ḏām ‘ā·p̄ār min- hā·’ă·ḏā·māh way·yip·paḥ bə·’ap·pāw niš·maṯ ḥay·yîm way·hî hā·’ā·ḏām lə·ne·p̄eš ḥay·yāh.

Traduction Louis Segond Bible : «L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant.»

Genèse 2 : 7, Bible.

 

هُوَ ٱلَّذِى خَلَقَكُم مِّن طِينٍۢ ثُمَّ قَضَىٰٓ أَجَلًۭا ۖ وَأَجَلٌۭ مُّسَمًّى عِندَهُۥ ۖ ثُمَّ أَنتُمْ تَمْتَرُونَ

Translittération : «Huwa Al-Ladhī Khalaqakum Min Ţīnin Thumma Qađá ‘Ajalāan Wa ‘Ajalun Musammáan `Indahu Thumma ‘Antum Tamtarūna»

Traduction : «C’est Lui qui vous a créés d’argile; puis il vous a décrété un terme, et il y a un terme fixé auprès de Lui. Pourtant, vous doutez encore !»

Sourate 6 الأنعام / Les Bestiaux, verset 2, Coran.

مِن نُّطْفَةٍ

Translittération : Min Nuţfatin

Traduction : D’une goutte de sperme

خَلَقَهُۥ فَقَدَّرَهُۥ

Translittération : Khalaqahu Faqaddarahu

Traduction : Il l’a crée et façonné d’après certaines proportions.

Sourate 80 عبس / Abasa/ Le Front sévère, verset 18-19 . Traduction d’A.F.I De Biberstein Kazimirski, le Coran, p.513, Éditions Points. 2014.

La Racine [ ق د ر / q-d-r ] en arabe qui apparait cent trente-deux fois dans le Coran est un legs lointain, fort ancien de la langue pharaonique. L’hébreu comme l’arabe et même les langues proto-sémitiques comme l’akkadien l’ont héritée des Medou Neter. Dans le corpus coranique cette racine [ ق د ر / q-d-r ] revient dans une centaine de vocables. Elle a servi à forger l’un des Noms divins du Dieu de l’Islam comme (القَادِر / Al-Qādir) signifiant le Puissant, le Déterminant, qui possède l’attribut de Puissance créatrice et formatrice. Cette racine a donné naissance à nombre de vocables en langue arabe renvoyant à des significations comme pouvoir, estimer, déterminer, mesurer, prendre la mesure de, évaluer, apprécier, être capable d’apprécier, fixer, assigner, décréter, puissant, être puissant, chaudron, marmite, cuire…

Ces vocables en langue arabe et leurs significations tirent leur origine de l’ancien égyptien, d’anciens mots de la langue pharaonique qui renvoyaient soit au travail du potier qui façonne, modèle sur son tour, aux noms de dessinateur, d’architecte, de maçon, de constructeur, de bâtisseur ou pour nommer, désigner l’état, la nature, le caractère, la forme d’un être, d’une chose, sa dimension, son étendue, son volume, sa superficie, ses limites…Ces mots anciens égyptiens figurent dans les Textes des Pyramides, dans le Livre des Morts de l’Egypte ancienne. L’ Hymne à Khnoum nous permet d’attester l’origine incontestable de l’héritage ancien égyptien du Nom divin (القَادِر / Al-Qādir) du Dieu de l’Islam. Le nom ou l’attribut divin Al-Qādir (القَادِر) désignant Allah comme le Puissant, le Déterminant, l’Evaluateur, la Puissance créatrice qui conçoit, décrète, mesure, forme, fixe la nature des êtres et des choses, confère un destin aux créatures humaines nous renvoie aux éponymes de l’ancienne divinité créatrice d’Esna, 𓎸 𓅓 𓏲 𓅆 ẖnmw ( Khnoum ), le dieu potier sur son tour (QD iR NiP /QèD iR NiP) qui était appelé par les anciens égyptiens le Potier des Humains, le façonneur des rèmétchou (les Humains) le QD RMT (QèD RéMèT), le QDHaW( QèD Haou), Celui qui modèle le corps, l’ IQDW (iQèDou), le Potier en action, le Constructeur des choses, le QD NṮRy ( Qèd né NéTCHèRY), l’Ancêtre Potier. Le Dieu potier d’Esna dans l’Hymne que les anciens égyptiens lui ont dédié dont on doit l’une des traductions à Serge Sauneron et Jean Yoyotte était dépeint dans leur croyance comme le « Modeleur des Modeleurs, père des pères, mère des mères, qui fit les être d’En-Haut et créa les êtres d’En-Bas, le bélier sacré qui fit les béliers, Khnoum qui fit les dieux Khnoums, vigoureux de main, infatigable, de sorte qu’il n’est pas de travail qui s’accomplisse sans lui. (…) Il a façonné au tour les hommes, il a engendré les dieux, afin de peupler la terre et l’orbe du Grand Océan. Il vient à temps pour donner vie à tous ceux qui sont sortis sur son tour. »

La racine de ce vocable nominatif divin musulman Al-Qādir (القَادِر ) vient anciennement du vocable désignant le potier qui conçoit, façonne sur son tour à partir de la matière argile informe à partir de quoi, il donne une forme par son action créatrice. Dans l’écriture hiéroglyphique du dieu créateur d’Esna, Khnoum, appelé par les grecs anciens Χνούμ / Khnoúm on voit bien le glyphe représentant un pot que les anciens égyptiens désignaient par le vocable 𓐪 𓂧 𓏛𓏌 (ḳd /khéd). Façonner, travailler avec le tour du potier se disait en ancien égyptien 𓐪 𓂧 𓏌 ( ḳd /khéd). L’action de construire, reconstruire, bâtir, rebâtir s’écrivait en Medou Neter 𓀨𓀜 qui se lit aussi ḳd /khéd. Le même vocable avait pour acception en ancien égyptien celle de façonner des êtres humains qu’ils attribuaient à leur dieu Khnoum . Dans les textes de l’ancienne Egypte on rencontre le vocable sous ces variantes : 𓏌 𓐪 𓂧𓀢 𓀜 ; 𓈎 𓂧𓐪 𓀨 ; 𓐪 𓂧 𓀨 ; 𓐪 𓏸 𓂧 𓂡 , avec son abréviation 𓀨

Nombre de passages dans la Bible et dans le Coran évoquant ou assimilant la création de l’Humain à partir de la boue ou de l’argile font penser au Khnoum (𓎸 𓅓 𓏲 𓅆) des anciens égyptiens qui aurait façonné, crée les Remetchou (les Humains) avec le limon du Nil sur son tour de potier, sa parèdre Heqet le secondant pour leur insuffler vie. Ces passages bibliques et coraniques par exemple : וַיִּיצֶר֩ יְהוָ֨ה אֱלֹהִ֜ים אֶת־הָֽאָדָ֗ם עָפָר֙ מִן־הָ֣אֲדָמָ֔ה וַיִּפַּ֥ח בְּאַפָּ֖יו נִשְׁמַ֣ת חַיִּ֑ים וַֽיְהִ֥י הָֽאָדָ֖ם לְנֶ֥פֶשׁ חַיָּֽה׃

Translittération : way·yî·ṣer Yah·weh ’ĕ·lō·hîm ’êṯ hā·’ā·ḏām ‘ā·p̄ār min- hā·’ă·ḏā·māh way·yip·paḥ bə·’ap·pāw niš·maṯ ḥay·yîm way·hî hā·’ā·ḏām lə·ne·p̄eš ḥay·yāh.

Traduction Louis Segond Bible : «L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant.»

Genèse 2 : 7, Bible.

זְכָר־נָ֭א כִּי־כַחֹ֣מֶר עֲשִׂיתָ֑נִי וְֽאֶל־עָפָ֥ר תְּשִׁיבֵֽנִי׃

Translittération :

zə·ḵār-nā kî- ḵa·ḥō·mer ‘ă·śî·ṯā·nî wə·’el-‘ā·p̄ār tə·šî·ḇê·nî

Traduction : «Souviens-toi, je te prie, que tu m’as façonné comme de l’argile, et que tu me feras retourner à la poussière» (Job 10:9)

هُوَ ٱلَّذِى خَلَقَكُم مِّن طِينٍۢ ثُمَّ قَضَىٰٓ أَجَلًۭا ۖ وَأَجَلٌۭ مُّسَمًّى عِندَهُۥ ۖ ثُمَّ أَنتُمْ تَمْتَرُونَ

Translittération : «Huwa Al-Ladhī Khalaqakum Min Ţīnin Thumma Qađá ‘Ajalāan Wa ‘Ajalun Musammáan `Indahu Thumma ‘Antum Tamtarūna»

Traduction : «C’est Lui qui vous a créés d’argile; puis il vous a décrété un terme, et il y a un terme fixé auprès de Lui. Pourtant, vous doutez encore !»

Sourate 6 الأنعام / Les Bestiaux, verset 2, Coran.

مِن نُّطْفَةٍ

Translittération : Min Nuţfatin

Traduction : D’une goutte de sperme

خَلَقَهُۥ فَقَدَّرَهُۥ Translittération : Khalaqahu Faqaddarahu / Traduction : Il l’a crée et façonné d’après certaines proportions. Sourate 80 عبس / Abasa/ Le Front sévère, verset 18-19 . Traduction d’A.F.I De Biberstein Kazimirski, le Coran, p.513, Éditions Points. 2014.

Ce phonème ancien égyptien ḳd /khèd suffixé de la dentale liquide vibrante sonore R/ (ر ) ( Ra) a donné naissance au vocable racine [ ق د ر / q-d-r ] qui a servi à former une centaine d’autres mots en arabe qu’on trouve dans l’Al Qoran. Cet ancien petit mot de la langue pharaonique se trouve à la racine de nombre de mots en langue arabe comme (قَدِير / Qadīr) – Nom. Sens : Attribut de Dieu, Le Puissant ; (قُدْرَة /qudra)-Nom. Sens : puissance lumineuse / aptitude, nerf, puissance, force, moyens, richesse ; ( قَدَّرَ / qaddara ) – Verbe. Sens : mesurer, apprécier, estimer, évaluer, calculer, penser, présumer, juger, évaluer ; ( قَدْر / qadr )-Nom/ pluriel (أَقْدَار / ʾaqdār ) Sens : dimension, valeur, grandeur, prestige, rang, mesure, quantité, chiffre, taille, volume, intervalle, masse ; ( مِقْدَار /miqdār/ pluriel مقَادِير / maqādīr )- Nom. Sens : teneur quantité, valeur (quantité numérique), dose, volume, nombre, numéro, poids ; ( قَدَر /qadar ) – valeur lexicale-Nom verbal de qadira (être capable de )- Verb. Sens : destin, destinée, prédestination, part, fortune, volume, quantité d’une chose donnée ; (تَقَدَّرَ / qaddara)- Verbe-Sens : être assigné, décrété par Dieu ; (مَقْدُور /maqdūr)- Nom. Sens : nerf, capacité, puissance, pouvoir, fin, destin, destinée , sort, fatalité ; (قَادَرَ / qādara)- Verbe.Sens : proportionner, rendre une chose proportionnelle à une autre. (تَقْدِير /taqdīr)- Nom. Sens: appréciation, estimation, évaluation, taxation, appréciation d’une surface ; ( قِدْر / qidr– pluriel قُدُور /qudūr )- valeur lexicale, nom- : pot, bouilloire, marmite, faitout; ( قَدَح /qadaḥ ) , pluriel ( أقداح / ʾaqdāḥ ) : coupe à boire; ( قَدَم / qadam ) : pied, pas, mesure de pied, ( قَدَّ /يَقُدُّ ) / ( qadda/yaquddu )- Verb. Sens : couper, tailler ; ( قَدّ / qdd ; plur. qudûd ) : taille, stature en arabe, mesure, dimension évaluée, teneur, ce qu’un mélange contient d’un corps particulier, dose, quantité quelconque, montant, valeur d’une chose, dimension quelconque, masse.

L’ancien vocable égyptien ḳd /khèd (construire, bâtir, façonner, potier, maçon, bâtisseur, dimension, superficie, mesure, nature, forme, état, caractère) figure dans les Textes des Pyramides d’Ounas (2353 à -2323 selon J.P.Allen) et de Téti ( 2323 / -2321 à -2291 selon J.P.Allen) (aussi dans le Livre des Morts de l’Egypte ancienne ) autant dire dans les plus anciens écrits de l’humanité! Il va sans dire que cet ancien vocable égyptien qu’on peut trouver à lire dans la Tombe d’Ounas, il a été le premier pharaon à faire peindre et graver des textes dans son dernier lieu de séjour, existait déjà dans la langue pharaonique et que son existence a précédé ce pharaon de la Ve dynastie. Ce vocable ḳd /khèd est attesté dans de nombreux textes de l’Ancienne Egypte.

Le terme ḳd /khèd existe en akkadien, langue proto sémitique de l’ancienne Mésopotamie, parlée du début du 3ème millénaire jusqu’au 1er millénaire avant notre ère. Le mot « Kudurru » des Babyloniens désignant la stèle qui marque, délimite une propriété, une frontière territoriale tire son origine de l’ancien égyptien. Le vocable « Kuduru » vient du verbe « kadāru » voulant dire en Akkadien « délimiter ». Le kudurru est une ligne de séparation, de délimitation d’un territoire. Ce vocable akkadien a été formé à partir de l’ancien mot égyptien 𓐪 𓂧 𓏌 𓏛: ḳd /khèd signifiant dimension, étendue, superficie. En ancien égyptien existait aussi le terme 𓐪 𓂧 𓏌 𓅱 𓏏 𓏺 𓏺 𓏺 𓏛 : lire « ḳdwt/ Kèdout », désignant un tracé, le contour d’un dessin ou un dessin.

Le vocable racine [ ق د ر / q-d-r ] a pu venir dans la langue arabe par le biais de l’Akkadien. Le ḳd /khèd des anciens égyptiens s’est retrouvé jusque dans le titre de roi babylonien, Nabuchodonosor (I, II, III, IV), en Akkadien Nabû-kudurrī-uṣur ; en arabe نبوخذنصر nibūḫaḏniṣṣar. Le terme  « kudurrī » qui figure dans ce nom de souverain babylonien signifie en réalité « Stèle gravé, borne ». On a revêtu du sens de « fils aîné » ce terme de « kudurrī », traduisant Nabû-kudurrī-uṣur, par Nabu (seigneur/maître en ancien égyptien mais ici nom désignant la divinité de la sagesse babylonienne ) uSuR (Usur / protéger, secourir . L’on peut retrouver dans ce terme akkadien la racine 𓋴𓂋𓀙 SR de l’ancien égyptien signifiant seigneur, magistrat, noble, personnage de rang élevé qui ne peut être que le protecteur, le défenseur assurant la sécurité de ses sujets. Il semble que le vocable arabe ʾAnṣār /أنصار / défenseur soit venu de là. Pour dire originellement de l’ancien égyptien 𓋴𓂋𓀙 SR) mon fils aîné.

L’expression « kudurra kadāru » en Akkadien signifiait « tracer une frontière » ; « kudurra kunnu », « établir une frontière » ; « kudurra naṣāru » qu’on peut traduire par « protéger la frontière ». Nous avons d’autres expressions en akkadien désignant le roi comme « murappiš miṣrī u kudurrī », signifiant « celui qui agrandit le pays, en repousse les limites, ou « mukīn kudurri », « celui qui établit les limites ».

Dans le nom de Nabuchodonosor écrit en hébreu נבכדנאצר Nəḇūḵhaḏnatṣṣar, on retrouve bien ce terme « ḵhaḏ » qui rappelle curieusement le nom du vase, du pot en hébreu כַּד (kad /: jarre, cruche, grande jarre portable, pot, seau et du potier), de la poterie קדרות / kadroutt / poterie ou le terme nominal קדר / kadar ( dans sa forme verbale il signifie s’assombrir, s’obscurcir . Signification renvoyant au travail salissant du potier avec la boue sombre, la fumée, la suie générée par la cuisson de la poterie ? ) pouvant aussi désigner le potier, le céramiste. On sait que le kudurru, borne-limite, une stèle marquant une propriété, frontière était un support en terre ou en pierre sur lequel on gravait, écrivait . On trouve le vocable KD en araméen : 𐡊𐡃 /KD pour nommer une jarre, une cruche. En syriaque ancien nous avons ܩܕܣܐ (qadsā, qaddəsā; pluriel ܩܕܣܐ /qadsē, qaddəsē) pour désigner un pot en métal, un chaudron, une bouilloire. De même qu’en ouagaritique : 𐎋𐎄/ (kd) avait à la fois le sens de jarre et l’acception de mesure pour les liquides.

L’ancien mot égyptien ḳd /khèd est aussi passé dans la langue grecque. En grec nous avons κᾰ́δος /(kádos) ou κάδδος /(káddos) voulant dire jarre, seau, fût, mesure pour liquide ou toute unité de mesure permettant de mesurer le volume d’un liquide, la mesure du volume de liquides. Et du grec le mot est passé dans la langue latine. En latin « cadus« , cruche, jarre, vase à large panse, à col étroit et à anses. Le « cadus » en latin désignait le nom de mesure pour les liquides qui valait 3 urnes ou 12 congii ou 72 sextarii. Comparez par exemple avec l’ancien terme égyptien désignant le nom d’une unité de poids : 𓐪 𓊌 𓏏 : Qdt (quedet) /kité.

Quelques références coraniques où nous rencontrons des vocables concernés dont la racine originelle remonte à l’ancien vocable de l’Egypte antique, ḳd /khèd :

 

 

Proportions justes :

 

ٱلَّذِى لَهُۥ مُلْكُ ٱلسَّمَٰوَٰتِ وَٱلْأَرْضِ وَلَمْ يَتَّخِذْ وَلَدًۭا وَلَمْ يَكُن لَّهُۥ شَرِيكٌۭ فِى ٱلْمُلْكِ وَخَلَقَ كُلَّ شَىْءٍۢ فَقَدَّرَهُۥ تَقْدِيرًۭا

Translittération : Al-Ladhī Lahu Mulku As-Samāwāti Wa Al-‘Arđi Wa Lam Yattakhidh Waladāan Wa Lam Yakun Lahu Sharīkun Fī Al-Mulki Wa Khalaqa Kulla Shay’in Faqaddarahu Taqdīrāan

Traduction : « Celui à qui appartient la royauté des cieux et de la terre, qui ne S’est point attribué d’enfant, qui n’a point d’associé en Sa royauté et qui a créé toute chose en lui donnant ses justes proportions. »

Sourate 25/ الفرقان / Al-Furgane/ Le Discernement, verset 2.

/////

Durée déterminée . Décréter :

إِلَىٰ قَدَرٍۢ مَّعْلُومٍۢ

Translittération : ’Ilá Qadarin Ma`lūmin

Traduction : pour une durée connue ?

فَقَدَرْنَا فَنِعْمَ ٱلْقَٰدِرُونَ

Translittération : Faqadarnā Fani`ma Al-Qādirūna

Traduction : «Nous l’avons décrété ainsi et Nous décrétons [tout] de façon parfaite. »

Sourate 77 /المرسلات/ Al-Mursalte/ Les Envoyés, verset 22-23

هُوَ ٱلَّذِى خَلَقَكُم مِّن طِينٍۢ ثُمَّ قَضَىٰٓ أَجَلًۭا ۖ وَأَجَلٌۭ مُّسَمًّى عِندَهُۥ ۖ ثُمَّ أَنتُمْ تَمْتَرُونَ

Translittération : Huwa Al-Ladhī Khalaqakum Min Ţīnin Thumma Qađá ‘Ajalāan Wa ‘Ajalun Musammáan `Indahu Thumma ‘Antum Tamtarūna

Traduction : « C’est Lui qui vous a créés d’argile; puis il vous a décrété un terme, et il y a un terme fixé auprès de Lui. Pourtant, vous doutez encore !»

Sourate 6, الأنعام /Al-Anam/ Les Bestiaux, verset 2, Coran.

/////

Déterminer le destin de :

مِن نُّطْفَةٍ خَلَقَهُۥ فَقَدَّرَهُۥ

Translittération : Min Nuţfatin Khalaqahu Faqaddarahu

Traduction : « D’une goutte de sperme, Il le crée et détermine (son destin) »

Sourate 80 /عبس / Abasa/ Il s’est renfrogné, verset 19.

/////

Marmites :

                  

يَعْمَلُونَ لَهُۥ مَا يَشَآءُ مِن مَّحَٰرِيبَ وَتَمَٰثِيلَ وَجِفَانٍۢ كَٱلْجَوَابِ وَقُدُورٍۢ رَّاسِيَٰتٍ ۚ ٱعْمَلُوٓا۟ ءَالَ دَاوُۥدَ شُكْرًۭا ۚ وَقَلِيلٌۭ مِّنْ عِبَادِىَ ٱلشَّكُورُ

Translittération : Y’a `malūna Lahu Mā Yashā’u Min Maĥārība Wa Tamāthīla Wa Jifānin Kāljawābi Wa Qudūrin Rāsiyātin A`malū ‘Āla Dāwūda Shukrāan Wa Qalīlun Min `Ibādiya Ash-Shakūru

Traduction : «Ils exécutaient pour lui ce qu’il voulait: sanctuaires, statues, plateaux comme des bassins, et marmites bien ancrées. « Ô famille de Dawud (David), œuvrez par gratitude », alors qu’il y a eu peu de Mes serviteurs qui sont reconnaissants.»

Sourate 34, سبأ / Saba, verset 13

///////

Mesurer. Mesure :

أَنِ ٱعْمَلْ سَٰبِغَٰتٍۢ وَقَدِّرْ فِى ٱلسَّرْدِ ۖ وَٱعْمَلُوا۟ صَٰلِحًا ۖ إِنِّى بِمَا تَعْمَلُونَ بَصِيرٌۭ

Translittération :

‘Ani A`mal Sābighātin Wa Qaddir Fī As-Sardi Wa A`malū Şāliĥāan ‘Innī Bimā Ta`malūna Başīrun Traduction : « (en lui disant): « Fabrique des cottes de mailles complètes et mesure bien les mailles. » Et faites le bien. Je suis Clairvoyant sur ce que vous faites.»

Sourate 34, سبأ / Saba, verset 11.

وَيَرْزُقْهُ مِنْ حَيْثُ لَا يَحْتَسِبُ ۚ وَمَن يَتَوَكَّلْ عَلَى ٱللَّهِ فَهُوَ حَسْبُهُۥٓ ۚ إِنَّ ٱللَّهَ بَٰلِغُ أَمْرِهِۦ ۚ قَدْ جَعَلَ ٱللَّهُ لِكُلِّ شَىْءٍۢ قَدْرًۭا

Translittération : Wa Yarzuqhu Min Ĥaythu Lā Yaĥtasibu Wa Man Yatawakkal `Alá Allāhi Fahuwa Ĥasbuhu ‘Inna Allāha Bālighu ‘Amrihi Qad Ja`ala Allāhu Likulli Shay’in Qadrāan

Traduction : « et lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas. Et quiconque place sa confiance en Allah, Il [Allah] lui suffit. Allah atteint ce qu’Il Se propose, et Allah a assigné une mesure à chaque chose.  »

Sourate 65, الطلاق / At-Talaq/Le Divorce, verset 3.

///////

Évaluer (les étapes) :

وَجَعَلْنَا بَيْنَهُمْ وَبَيْنَ ٱلْقُرَى ٱلَّتِى بَٰرَكْنَا فِيهَا قُرًۭى ظَٰهِرَةًۭ وَقَدَّرْنَا فِيهَا ٱلسَّيْرَ ۖ سِيرُوا۟ فِيهَا لَيَالِىَ وَأَيَّامًا ءَامِنِينَ

Translittération française : Wa Ja`alnā Baynahum Wa Bayna Al-Qurá Allatī Bāraknā Fīhā Quráan Žāhiratan Wa Qaddarnā Fīhā As-Sayra Sīrū Fīhā Layāliya Wa ‘Ayyāmāan ‘Āminīna

Traduction : «Et Nous avions placé entre eux et les cités que Nous avions bénies, d’autres cités proéminentes, et Nous avions évalué les étapes de voyage entre elles. « Voyagez entre elles pendant des nuits et des jours, en sécurité ».

Sourate 34, سبأ / Saba, verset 18

/////

Plan :

وَأَكِيدُ كَيْدًۭا

translittération : Wa ‘Akīdu Kaydāan.

Traduction : « Moi aussi Je me sers de Mon plan »

Sourate 86, الطارق / At-Tariq/ L’astre nocturne, verset 16.

/////

Déterminer :

إِلَّا ٱمْرَأَتَهُۥ قَدَّرْنَآ ۙ إِنَّهَا لَمِنَ ٱلْغَٰبِرِينَ

translittération : ‘Illā Amra’atahu Qaddarnā ‘Innahā Lamina Al-Ghābirīna

Traduction : « sauf sa femme. « Nous (Allah) avions déterminé qu’elle sera du nombre des exterminés. »

Sourate 15 /الحجر / Al-Hijr/ verset 60

هُوَ ٱلَّذِى جَعَلَ ٱلشَّمْسَ ضِيَآءًۭ وَٱلْقَمَرَ نُورًۭا وَقَدَّرَهُۥ مَنَازِلَ لِتَعْلَمُوا۟ عَدَدَ ٱلسِّنِينَ وَٱلْحِسَابَ ۚ مَا خَلَقَ ٱللَّهُ ذَٰلِكَ إِلَّا بِٱلْحَقِّ ۚ يُفَصِّلُ ٱلْءَايَٰتِ لِقَوْمٍۢ يَعْلَمُونَ

Translittération : Huwa Al-Ladhī Ja`ala AshShamsa Điyā’an Wa Al-Qamara Nūrāan Wa Qaddarahu Manāzila Lita`lamū `Adada As-Sinīna Wa Al-Ĥisāba Mā Khalaqa Allāhu Dhālika ‘Illā Bil-Ĥaqqi Yufaşşilu Al-‘Āyāti Liqawmin Ya`lamūna

Traduction : « C’est Lui qui a fait du soleil une clarté et de la lune une lumière, et Il en a déterminé les phases afin que vous sachiez le nombre des années et le calcul (du temps). Allah n’a créé cela qu’en toute vérité. Il expose les signes pour les gens doués de savoir. »

Sourate 10 / يونس / Yunus/ Verset 5

//////

Mesure, mesure (déterminée) :

ٱللَّهُ يَعْلَمُ مَا تَحْمِلُ كُلُّ أُنثَىٰ وَمَا تَغِيضُ ٱلْأَرْحَامُ وَمَا تَزْدَادُ ۖ وَكُلُّ شَىْءٍ عِندَهُۥ بِمِقْدَارٍ

Translittération : Allāhu Ya`lamu Mā Taĥmilu Kullu ‘Unthá Wa Mā Taghīđu Al-‘Arĥāmu Wa Mā Tazdādu Wa Kullu Shay’in `Indahu Bimiqdārin

Traduction : «Allah sait ce que porte chaque femelle, et de combien la période de gestation dans la matrice est écourtée ou prolongée. Et toute chose a auprès de Lui sa mesure

Sourate 13, الرعد / Ar-Raad/ Le Tonnerre, verset 8

وَإِن مِّن شَىْءٍ إِلَّا عِندَنَا خَزَآئِنُهُۥ وَمَا نُنَزِّلُهُۥٓ إِلَّا بِقَدَرٍۢ مَّعْلُومٍۢ

Translittération : Wa ‘In Min Shay’in ‘Illā `Indanā Khazā’inuhu Wa Mā Nunazziluhu ‘Illā Biqadarin Ma`lūmin / Traduction : «Et il n’est rien dont Nous n’ayons les réserves et Nous ne le faisons descendre que dans une mesure déterminée.»

Sourate 15, الحجر / Al-Hijr/ verset 21

/////

Mesure, être capable de :

وَأَنزَلْنَا مِنَ ٱلسَّمَآءِ مَآءًۢ بِقَدَرٍۢ فَأَسْكَنَّٰهُ فِى ٱلْأَرْضِ ۖ وَإِنَّا عَلَىٰ ذَهَابٍۭ بِهِۦ لَقَٰدِرُونَ

Translittération : Wa ‘Anzalnā Mina As-Samā’i Mā’an Biqadarin Fa’askannāhu Fī Al-‘Arđi Wa ‘Innā `Alá Dhahābin Bihi Laqādirūna

Traduction : «Et Nous avons fait descendre l’eau du ciel avec mesure. Puis Nous l’avons maintenue dans la terre, cependant que Nous sommes bien Capable de la faire disparaître.»

Sourate 23, المؤمنون / Al-Muminune/ Les croyants, verset 18

//////

Mesure :

 

وَٱلَّذِى نَزَّلَ مِنَ ٱلسَّمَآءِ مَآءًۢ بِقَدَرٍۢ فَأَنشَرْنَا بِهِۦ بَلْدَةًۭ مَّيْتًۭا ۚ كَذَٰلِكَ تُخْرَجُونَ

Translittération : Wa Al-Ladhī Nazzala Mina As-Samā’i Mā’an Biqadarin Fa’ansharnā Bihi Baldatan Maytāan Kadhālika Tukhrajūna

Traduction : «Celui qui a fait descendre l’eau du ciel avec mesure et avec laquelle Nous ranimons une cité morte [aride]. Ainsi vous serez ressuscités;»

Sourate 43, الزخرف / Az-Zukhruf / L’Ornement, verset 11

////////

Apprécier, estimer, mérite :

وَمَا قَدَرُوا۟ ٱللَّهَ حَقَّ قَدْرِهِۦٓ إِذْ قَالُوا۟ مَآ أَنزَلَ ٱللَّهُ عَلَىٰ بَشَرٍۢ مِّن شَىْءٍۢ ۗ قُلْ مَنْ أَنزَلَ ٱلْكِتَٰبَ ٱلَّذِى جَآءَ بِهِۦ مُوسَىٰ نُورًۭا وَهُدًۭى لِّلنَّاسِ ۖ تَجْعَلُونَهُۥ قَرَاطِيسَ تُبْدُونَهَا وَتُخْفُونَ كَثِيرًۭا ۖ وَعُلِّمْتُم مَّا لَمْ تَعْلَمُوٓا۟ أَنتُمْ وَلَآ ءَابَآؤُكُمْ ۖ قُلِ ٱللَّهُ ۖ ثُمَّ ذَرْهُمْ فِى خَوْضِهِمْ يَلْعَبُونَ

Translittération : Wa Mā Qadarū Allāha Ĥaqqa Qadrihi ‘Idh Qālū Mā ‘Anzala Allāhu `Alá Basharin Min Shay’in Qul Man ‘Anzala Al-Kitāba Al-Ladhī Jā’a Bihi Mūsá Nūrāan Wa Hudáan Lilnnāsi Taj`alūnahu Qarāţīsa Tubdūnahā Wa Tukhfūna Kathīrāan Wa `Ullimtum Mā Lam Ta`lamū ‘Antum Wa Lā ‘Ābā’uukum Quli Allāhu Thumma Dharhum Fī Khawđihim Yal`abūna

Traduction : « Ils n’apprécient pas Allah comme Il le mérite quand ils disent: « Allah n’a rien fait descendre sur un humain. » Dis: « Qui a fait descendre le Livre que Musa (Moïse) a apporté comme lumière et guide, pour les gens ? Vous le mettez en feuillets, pour en montrer une partie, tout en cachant beaucoup. Vous avez été instruits de ce que vous ne saviez pas, ni vous ni vos ancêtres. Dis: « C’est Allah. » Et puis, laisse-les s’amuser dans leur égarement. »

Sourate 6 / الأنعام / Al-Anam/ Les Bestiaux, verset 91.

/////

Mesurer (le temps) :

فَالِقُ ٱلْإِصْبَاحِ وَجَعَلَ ٱلَّيْلَ سَكَنًۭا وَٱلشَّمْسَ وَٱلْقَمَرَ حُسْبَانًۭا ۚ ذَٰلِكَ تَقْدِيرُ ٱلْعَزِيزِ ٱلْعَلِيمِ

Translittération : Fāliqu Al-‘Işbāĥi Wa Ja`ala Al-Layla Sakanāan Wa AshShamsa Wa Al-Qamara Ĥusbānāan Dhālika Taqdīru Al-`Azīzi Al-`Alīmi

Traduction : « Fendeur de l’aube, Il a fait de la nuit une phase de repos; le soleil et la lune pour mesurer le temps. Voilà l’ordre conçu par le Puissant, l’Omniscient.»

Sourate 6, الأنعام /Al-Anam/ Les Bestiaux, verset 96, Coran.

Quelques références relatives au contenu biblique :

Genèse 24 : 14 :

וְהָיָ֣ה הַֽנַּעֲרָ֗ אֲשֶׁ֨ר אֹמַ֤ר אֵלֶ֙יהָ֙ הַטִּי־נָ֤א כַדֵּךְ֙ וְאֶשְׁתֶּ֔ה וְאָמְרָ֣ה שְׁתֵ֔ה וְגַם־גְּמַלֶּ֖יךָ אַשְׁקֶ֑ה אֹתָ֤הּ הֹכַ֙חְתָּ֙ לְעַבְדְּךָ֣ לְיִצְחָ֔ק וּבָ֣הּ אֵדַ֔ע כִּי־עָשִׂ֥יתָ חֶ֖סֶד עִם־אֲדֹנִֽי׃

Traduction Martin Bible : «Fais donc que la jeune fille à laquelle je dirai : Baisse, je te prie, ta cruche, (כַדֵּךְ֙ / ḵad·dêḵ ) afin que je boive, et qui me répondra : Bois, et même je donnerai à boire à tes chameaux; soit celle que tu as destinée à ton serviteur Isaac, et je connaîtrai à cela que tu as été favorable à mon Seigneur»

Genèse 24 : 17 :

וַיָּ֥רָץ הָעֶ֖בֶד לִקְרָאתָ֑הּ וַיֹּ֕אמֶר הַגְמִיאִ֥ינִי נָ֛א מְעַט־מַ֖יִם מִכַּדֵּֽךְ׃

Traduction : «Le serviteur courut au-devant d’elle, et dit : Laisse-moi boire, je te prie, un peu d’eau de ta cruche (מִכַּדֵּֽךְ׃ /mik·kad·dêḵ).»

1 Rois 17 : 12 :

וַתֹּ֗אמֶר חַי־יְהוָ֤ה אֱלֹהֶ֙יךָ֙ אִם־יֶשׁ־לִ֣י מָעֹ֔וג כִּ֣י אִם־מְלֹ֤א כַף־קֶ֙מַח֙ בַּכַּ֔ד וּמְעַט־שֶׁ֖מֶן בַּצַּפָּ֑חַת וְהִנְנִ֨י מְקֹשֶׁ֜שֶׁת שְׁנַ֣יִם עֵצִ֗ים וּבָ֙אתִי֙ וַעֲשִׂיתִ֙יהוּ֙ לִ֣י וְלִבְנִ֔י וַאֲכַלְנֻ֖הוּ וָמָֽתְנוּ׃

Traduction : «Et elle répondit : L’Eternel, ton Dieu, est vivant ! je n’ai rien de cuit, je n’ai qu’une poignée de farine dans un pot ( בַּכַּ֔ד / bak·kaḏ ) et un peu d’huile dans une cruche. Et voici, je ramasse deux morceaux de bois, puis je rentrerai et je préparerai cela pour moi et pour mon fils; nous mangerons, après quoi nous mourrons.»

1 Rois 17 : 14 :

כִּ֣י כֹה֩ אָמַ֨ר יְהוָ֜ה אֱלֹהֵ֣י יִשְׂרָאֵ֗ל כַּ֤ד הַקֶּ֙מַח֙ לֹ֣א תִכְלָ֔ה וְצַפַּ֥חַת הַשֶּׁ֖מֶן לֹ֣א תֶחְסָ֑ר עַ֠ד יֹ֧ום [תִּתֶּן־ כ] (תֵּת־יְהוָ֛ה ק) גֶּ֖שֶׁם עַל־פְּנֵ֥י הָאֲדָמָֽה׃

Traduction : «Car ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël : La farine qui est dans le pot (כַּ֤ד / kaḏ) ne manquera point et l’huile qui est dans la cruche ne diminuera point, jusqu’au jour où l’Eternel fera tomber de la pluie sur la face du sol.»

Quelques références translittérées de l’ancien égyptien :

 

 

Façonner :

449 b – mʿ ḥȜ ʿ Ḥr ḥr(y) sḥd.w-p.t sʿ nḫ(w) Rʿ rʿ nb

450 a – j-qd(w)=f W sʿ nḫ(w)=f W rʿ nb

Traduction :

449 b- C’est Celui au bras combattant, Horus qui est au dessus du ciel étoilé, qui fait vivre Rê chaque jour,

450 a- qui façonnera Ounas (et) qui fera vivre Ounas chaque jour!

Textes des Pyramides de l’Égypte Ancienne Tome 1, Textes des Pyramides d’Ounas et de Téti. Textes de la Pyramide d’Ounas , textes de l’antichambre , localisation W / A/ E inf. colonne 30-31, Spruch {301}, paragraphe 449-450 . Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 162, édit. CYBELLE 2009

524 a – J(n)ḏ=ḥr=k H̱nmw bḥn(=w) jqd(w)=f T

Traduction : « Salut à toi, Khnoum qui est repoussé ! Puisse-t-il refaçonner Téti!

Textes des Pyramides de l’Égypte Ancienne Tome 1, Textes des Pyramides d’Ounas et de Téti. Textes de la Pyramide de Téti, textes de la chambre funéraire , localisation T/F/W, colonne 18-19, Spruch {324}, paragraphe 524 a . Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 130, édit. CYBELLE 2009

/////

Construire :

514 e – yw qd~n W njw.t nṯr

r swḏȜ=s

Traduction : Ounas a construit la cité du dieu pour la préserver (selon les règles de l’art) .

Textes des Pyramides de l’Égypte Ancienne Tome 1, Textes des Pyramides d’Ounas et de Téti. Textes de la Pyramide d’Ounas , textes du couloir, localisation W / C post / E. colonne 12-13, Spruch {319}, paragraphe 514 d .Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 186, édit. CYBELLE 2009

////

Marmites ou chaudrons ( kt.wt / ou kd.wt )

403 a- jn Šsmw rḫ(w) sn n T

403 b- fss(w) n=f jḫ.t jm=sn m kt.wt=f (m) mšrw.t

Traduction :

403 a- C’est Chesmou qui les massacre pour Téti

403 b- (et) qui fait cuire pour lui une partie d’eux dans ses chaudrons (en tant que) repas du soir.

Textes des Pyramides de l’Égypte Ancienne Tome 1, Textes des Pyramides d’Ounas et de Téti. Textes de la Pyramide de Téti , textes de l’antichambre, localisation T/A/ E . colonne 33, Spruch {273}, paragraphes 403 a -403 b. Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 342, édit. CYBELLE 2009

406 b- šsrt n=f ktw.wt m rd.w n(y).w ḥm.wt=sn

Traduction :

406 b- (quand) les chaudrons eurent décomposé pour lui avec les pieds de leurs femmes.

Textes des Pyramides de l’Égypte Ancienne Tome 1, Textes des Pyramides d’Ounas et de Téti. Textes de la Pyramide de Téti , textes de l’antichambre, localisation T/A/ E . colonne 35, Spruch {274}, paragraphe 406 b. Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 344, édit. CYBELLE 2009

/////

Constructeur :

(22) – Kf(w) Ȝ hmhm rn Rʿ n rḫ(w)=tw qȜ=s r wsḫ=s n (g)m=tw qd jw=s (wn=w) ḏr sp tp(y) nn rḫ=tw tnw=sn ḥr(y).w ẖ.t=sn txt swḏȜ(=w)

Traduction : « Celui qui dépouille, au cri aigu (au) nom de Rê, dont on ne peut connaître la hauteur par rapport à sa largeur, dont on n’a pas (trouvé) le constructeur depuis la première fois, dont on ne connaît pas le nombre qui sont sur leur corps (= les serpents), image préservée.

in Le Livre des Morts de l’Égypte ancienne, Chapitre 145 (suite 4) Papyrus de Iouefânkh, Turin, colonne 22, page 571, translittération et traduction M. Claude Carrier, édit. CYBELLE, 2009.

616 b – m rn=s pw n(y) SšȜ.t Nb.t jqd.w

Traduction : «En ce nom qui est sien de Séchat, « Maîtresse des constructeurs« . »

Textes des Pyramides de l’Égypte Ancienne Tome 1, Textes des Pyramides d’Ounas et de Téti. Textes de la Pyramide de Téti, textes de l’antichambre , localisation T/A/W, colonne 32, Spruch {364}, paragraphe 32 Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 308, édit. CYBELLE 2009

////

État ou nature :

(2)- wrš-n=j m sf m-m Wr.w ḫpr~n=j m-m Ḫprj wn(w) ḥr jr.t wʿ.t wn(w) qd kkw

Traduction : « C’est parmi les Grands que j’ai passé la journée d’hier (litt.j’ai passé mon temps pendant hier) (et) c’est en compagnie de Khépri que je suis venu à l’existence, (lui) qui ouvre le regard devant l’Oeil unique (et) qui dévoile la nature des ténèbres !

in Le Livre des Morts de l’Égypte ancienne, Chapitre 115 (Papyrus de Nouou, BM EA 10477) colonne 2, page 407. Translittération et traduction M. Claude Carrier, édit. CYBELLE, 2009.

/////

Construire, constructeur :

(2) qd-n bȜ=j ḫnr.t m Ḏdw wȜd(w)=j m P

Traduction : «(Si) mon ba a construit une enceinte dans Busiris, c’est (afin) que je puisse prospérer dans Pe.

in Le Livre des Morts de l’Égypte ancienne, Chapitre 124 (Papyrus de Nouou, BM EA 10477) colonne 2, page 425. Translittération et traduction M. Claude Carrier, édit. CYBELLE, 2009.

(23) Nb.t snk.t ʿȜ.t hmhm.wt n rḫ=tw qȜ=s r wsḫ=s n gm-

(24) =tw qd=s m ŠȜʿ jw ḥfȜw(.w) ḥr=s n rḫ ø tnw(=sn) ms(w)~n ø ṯw

Traduction : (23) « Le Maître de l’obscurité, aux cris perçants, dont on ne connaît pas la hauteur par rapport à sa largeur, dont on (ce pronom appartient en réalité à la colonne suivante) n’a pas trouvé

(24) le constructeur dans l’espace, sur lequel se trouve d(es) serpent(s) (dont) on ne connaît pas le nombre, toi qu’on a mis au monde.

in Le Livre des Morts de l’Égypte ancienne, Chapitre 146 (Papyrus de Nouou, BM EA 10477) suite 4, colonne 23-24, page 591-. Translittération et traduction M. Claude Carrier, édit. CYBELLE, 2009.

//////

Façonner :

2,4

𓂜 𓀨 𓀜 𓈖𓎸 𓅓 𓏲 𓅆 𓅓 𓂝  𓋴 𓐍 𓂋 𓏽 𓏛 𓇾 𓈇

n ḳd.n H̱nmw m sḫrw tȜ

Traduction : Le dieu Potier Khnoum ne façonne plus les (êtres) à cause de l’état du pays.

La prophétie d’Ipou-Our, in Les Prophéties de l’Égypte ancienne, textes traduits et commentés par André Fermat et Michel Lapidus, p.94, édit. MdV.

11,12-11,13

mtn sw ḥr ḏʿr ḳd <r(m)ṯ> ḥr-mí

Traduction : «Voyez, pourquoi recherche-t-il à façonner l’humanité? »

La prophétie d’Ipou-Our, in Les Prophéties de l’Égypte ancienne, textes traduits et commentés par André Fermat et Michel Lapidus, p.170, édit. MdV.

/////

Construire :

66

(íw).tw r ḳd ínbw ḤḳȜ ʿnḫ wḏȜ snb

Traduction : «On construira les Murs du Prince- Vie, épanouissement, santé.

La prophétie de Néferty in Les Prophéties de l’Égypte ancienne, textes traduits et commentés par André Fermat et Michel Lapidus, p.243, édit. MdV.

/////

Façonner & Caractère :

576 b – pr~n=k m-bȜḥ=f qd=k m-bȜḥ=f

576 c – mȜ~n Gb qd=k dn=f kw m s.t=k

Traduction :

576 b – (Si )tu es sorti avant lui, c’est que tu as été façonné avant lui !

576 c – Comme Geb a apprécié ton caractère il t’a affecté dans ta fonction !

Textes des Pyramides de l’Égypte Ancienne Tome 1, Textes des Pyramides d’Ounas et de Téti. Textes de la Pyramide de Téti, textes de la chambre funéraire , localisation T/F/E s, colonne 1-2, Spruch {356}, paragraphe 576 b-576 c Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 236, édit. CYBELLE 2009

1,8

šm nb ḳd m írtyw

Traduction : «Celui qui possède du caractère marche dans la tristesse (la calamité)»

La prophétie d’Ipou-Our, in Les Prophéties de l’Égypte ancienne, textes traduits et commentés par André Fermat et Michel Lapidus, p.89, édit. MdV.

1,8-1,9

Iw šm [ḫbn ḳd m wnf-íb]

Traduction : «Alors que [celui qui est sans caractère] marche [dans la joie du cœur]

La prophétie d’Ipou-Our, in Les Prophéties de l’Égypte ancienne, textes traduits et commentés par André Fermat et Michel Lapidus, p.89, édit. MdV.

/////

Bâtisseurs :

3,6

íw-ms ḳdw ʿḳ pr m ḥnwtyw

Traduction : « Vraiment, les bâtisseurs entrent et sortent comme des serviteurs»

La prophétie d’Ipou-Our, in Les Prophéties de l’Égypte ancienne, textes traduits et commentés par André Fermat et Michel Lapidus, p.105, édit. MdV.

Khnoum (Abydos)

 

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s