𓐩𓏌𓂝 (lire nḏ / nédj /néj)

PAR ט–טית – ΘΏΘ-THỐTH –𓏏𓅝𓏭𓀭(ḎḤWTY)-דַּעַת/ DAĀTH !

ن ج و
Nūn- jīm-wāw

𓏌 : Pot, vase rond (nw/nou) déterminatif associé à 𓐩 (nḏ) . Déterminatif de mesure, de liquide, de tributs ou d’oindre.


𓆓 : phonogramme pour ḏ (logogramme cobra / ḏt)- Valeur phonétique ḏ/dj/ṯ/tch/d. Correspond au Copte ϫ (ḏanḏia), à l’Hébreu גּ / ג (Guimèl) ou צ (Tsadei) / ץ (Tsadei sofit), à l’Arabe ض (ḍād) ou ج (jīm) . Sémétiques : ṣ, z, ḍ, ḏ,

𓈖 : filet d’eau, valeur phonétique «n ». Correspond au Copte Ⲛ (nē) à l’Hébreu נ (Nun), à l’Arabe ن (nūn) Sémitiques : n, l.


𓐩 : signe non déterminé . Phonétique «  nḏ », associé à 𓏌 (nw/nou).


𓀁 : Homme assis portant la main à la bouche. Déterminatif de tout ce qui a un lien avec l’organe buccal, à la cavité orale comme manger, boire, « ou pour exprimer la faim ou la soif », parler, converser, se taire ou penser…


𓁷 : visage vu de face, « ḥr / visage » Idéogramme de face, de visage, préposition « sur ».


𓏏 : galette de pain (t, it) . Translittération T, équivalant à l’hébreu תּ ‘t’ Tav, à l’arabe ت ‘t’ tā’ , au phénicien T Taw avec ‘Croix’, 𐤈 Teth. Sémitique t, d, ṭ . Il sert de marque du féminin à la fin des vocables de l’égyptien pharaonique.


𓏭 : double trait oblique (y, i, j) lettre alternative à 𓇋𓇋 (double roseau fleuri : y). Similaire à l’hébreu י ‘y’ Yod, au phénicien 𐤉 Yodh (main). Sémitique : y.


𓂝 : avant-bras. Translittération «ʿ », a long, aïn, prononciation : â, á, ā . Equivalent à l’arabe عين, ʿayn/ ﻉ (ayn), consonne fricative pharyngale voisée (/ʕ/) ; à l’hébreu ע (‘ayn ), fricative pharyngale sourde; au phénicien 𐤏 (ʿAyin /oeil) , à la sixième lettre de l’alphabet syriaque ܥ (ʿĒ). Idéogramme de bras, de main.
𓂡 : avant-bras tenant un bâton. Effort, force, violence. Déterminatif de tout acte qui requiert un effort, un examen.

Vocables de la langue pharaonique :


𓈖𓆓 𓐩 𓏌 𓀁 (lire lire nḏ / nédj /néj) -verbe-1 : prendre conseil, demander, exercer une protection, protéger, prendre soin de, consulter quelqu’un, demander, s’informer de quelque chose- Variante d’écriture du même vocable : 𓈖𓆓 𓏌 𓀁 (lire lire nḏ / nédj /néj).


𓆓 𓏌 𓀁 𓂋𓏤 (lire nḏ-r /nédj-r) : veut dire demander conseil, consulter, prendre conseil, questionner.


𓈖𓆓 𓐩 𓏌 𓅱𓏏𓏛𓏥 𓂋𓏤 (lire nḏwt-r) : veut dire avis, conseil, consultation, conseil de guerre.


𓐩𓏌𓂝 (lire nḏ / nédj /néj) -cat.lexicale : verb.1 : protéger, sauver, prendre soin de, réparer un tort, venger. 2- en tant que nom : veut dire défense, protection, protecteur. 2- consulter, s’informer de quelque chose, invoquer le nom du roi ou prononcer le nom de quelqu’un.


𓐩𓏌𓂝 𓅓𓂝 ( lire nḏ m-ʿ /nèdj m-a)- : protéger de, sauver, défendre contre, protéger de la main de, protéger contre, garder.


𓐩𓏌𓂝 (lire nèd /nèdj/nèj) : veut dire sauver, délivrer.


𓐩𓏌𓏏𓏭𓂡 (lire nḏtj / nédjeti) : veut dire sauveur, délivreur.

𓈖𓆓 𓐩𓁷𓏺 (lire nḏ-ḥr /nèdj ḥèr) : protection, protecteur, soutien, vengeur. Variantes d’écriture : 𓐩𓏌𓏛𓁷𓏺 ; 𓈖𓆓 𓐩 𓏌 𓀁 .


𓈖𓆓𓏏𓏭 𓂡 (lire nḏty /nédjèty ) : veut dire protecteur, défenseur. Et au féminin : 𓐩𓏌𓏏𓏏 (lire nḏtt /nédjètèt) protectrice, vengeresse.


𓈖𓆓 𓈖𓆓 𓏌 𓀁 (lire nḏnḏ /nèdjnèdj) : veut dire discuter, s’entretenir avec, converser. En tant que nom veut dire conseil, avis, requête.
nḏnḏ m-ʿ (veut dire prendre conseil, demander un avis à, consulter quelqu’un).

(w/و-j / ج – n /ن)

Catégorie verbale :

(نَجَا najaa) / (يَنْجُو /(yanjū) : délivrer, sauver, se sauver, secourir, survivre, se confier à.

( نَجَّى / najjā) / ( ينجي /yunajjī) : sauver, secourir, délivrer quelqu’un/ affranchir, libérer quelqu’un.

( أَنْجَى /aَnْjَa) : secourir, sauver, délivrer.

( تَنَجَّى /tَnَjَa) : chercher un endroit élevé pour y demeurer.

Catégorie nominale :

(نَجًا / najjaa) : délivrance, sauvetage, rameau, branche, peau d’une bête, colline, hauteur.


( نَجِيّ /najiyy ) : confidence, confident, ami intime, ami proche, confiant, secret, ce qui doit être tenu caché.


( نَجْوَى / najwā) : conversation confidentielle, secrète.


( نَجِيَّة / nَjِyَh) : souci, peine, inquiétude, tracas


( نَجَاء / nَjَa’) : délivrance, sauvetage.


( نَجَاة / nَjَah) : salut, sauvetage.


( تَنْجِيَة / tَnْjِyَh) : délivrance, sauvetage.


(مُنَجًّ /munajjan) : sauveur.

( مَنْجًى /manjan) ): refuge, asile, havre, sanctuaire.


( مَنْجَاة / manjāh) : salut, évasion, fuite, échappatoire.

nḏ(w)=j pʿ.t m ʿ nṯr.w ṯs pẖr
jnk nḏt(y) […]


Je veux protéger le genre humain de la main des dieux et vice versa !
Je suis le protecteur […]


Textes des Sarcophages du Moyen Empire égyptien, volume 1, CTIV, Spell [334] (support du texte : sarcophage G1T), page 180, section g, h. Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 798-799, Éditions du Rocher, 2004.

𓈖𓆓 𓐩 𓏌 𓀁𓁷𓏺 𓌳𓄿𓇋 𓂋 𓌗𓀀𓅫 𓅓 𓆣 𓂋 𓅓 𓅱


nḏ ḥr mȜír m ḫpr m wḏnw


et exerce ta protection sur le misérable ! Ne te transforme pas en flot torrentiel

𓆓 𓈖𓏌𓏲𓈗𓂋𓋴 𓄭𓂋𓏲𓀁𓊃𓅭𓄿𓏲 𓀸𓀜𓏏𓎡𓈖𓂻𓈖𓅘𓎛𓎛𓇳


r sprw sȜw tkn nḥḥ


contre le plaignant ! Prends garde à l’approche de l’éternité !

Le Conte du Paysan éloquent, B1-175, B1-176, Troisième supplique, page 50-51, texte hiéroglyphique, translittération et traduction commentée par M.Patrice Le Guilloux, Cahiers de l’Association d’Égyptologie Isis, Nº 2, 2ème édition, Angers 2005.

Ce mot de la langue pharaonique 𓈖𓆓 𓐩 𓏌 𓀁 (lire lire nḏ / nédj /néj) dont les significations mises ici entre parenthèses (prendre conseil, demander, exercer une protection, protéger, prendre soin de, consulter quelqu’un, demander, s’informer de quelque chose) appartenant à ses strates les plus anciennes est l’origine du vocable verbal de la langue arabe (نَجَا najaa) / (يَنْجُو /(yanjū) signifiant délivrer, sauver, se sauver, secourir, survivre, se confier à. La racine (w/و-j / ج – n /ن) apparait 84 fois au sein du corpus coranique. Mais étonnamment, il est difficile de rencontrer telle quelle cette racine dans les autres langues sémitiques, même en Akkadien, langue proto-sémitique. Elle n’apparait pas non plus en hébreu ni en Syriaque et est abondamment employée au sein du Coran. Ce doit être un emprunt fort ancien à la langue pharaonique. Le vocable 𓈖𓆓 𓐩 𓏌 𓀁 (lire lire nḏ / nédj /néj) figure dans les corpus les plus anciens de l’Égyptien pharaonique que constituent les Textes des Pyramides d’Ounas /𓃹𓈖𓇋 𓋴 (pharaon de la 5ᵉ dynastie) et de Téty /𓏏𓏏𓇋 (pharaon de la 6ᵉ Dynastie). C’est assez étonnant qu’il n’y ait eu aucun emprunt de ce vocable du côté des autres langues du groupe sémitique ni en syriaque ni en hébreu, en tout cas nous n’avons trouvé trace de cette racine que l’on peut décompter quatre-vingt-quatre fois dans le corpus coranique, telle qu’elle apparait dans la langue arabe, ni en hébreu ni en syriaque ni plus anciennement encore dans une langue proto-sémitique telle que l’akkadien. En tout cas pas dans les sources dont nous disposons actuellement, nous n’y avons aucune trace de cette racine telle qu’elle apparait dans le livre sacré de l’islam. C’est vraiment étonnant que ce vocable appartenant au fond le plus archaïque de l’ancien égyptien ait pu être hérité par la langue du Coran et que tel quel on constate son absence dans les autres langues dites sémitiques ! Et c’est assez curieux que ce vocable du Coran, en plus qui y est si abondamment employé, n’ait pas été traité, abordé par la plupart des auteurs ou savants les plus connus qui ont eu à se pencher sur les divers emprunts lexicaux au sein du corpus coranique. Nous avons été aussi surpris de constater l’absence de ce mot ancien égyptien dans la langue copte avec les significations propres que les anciens égyptiens lui ont données dans les Textes des Pyramides. Il ne semble pas s’être perpétué dans la langue copte. Mais en copte en revanche on retrouve le terme ⲛⲟⲩⲧ ou ⲛⲇⲧ ou ⲛⲟⲧ signifiant moudre qui vient de l’ancien égyptien 𓐩𓏌𓂝 (lire nḏ / nédj /néj) s’écrivant de la même manière avec les mêmes caractères hiéroglyphiques, mais avec l’acception différente de moudre, de broyer. Le fayoumique ⲛⲇⲧ en tant que qualitatif viendrait du terme naḏyew /najyew toujours en copte.


Premières traces de cette racine 𓈖𓆓 𓐩 𓏌 𓀁 (lire lire nḏ / nédj /néj) dans les Textes des Pyramides :


Protéger de la main :

jw nḏ~n sw W m-ʿ jr(w).w nn j[r=]

Ounas l’a protégé de la main de ceux qui ont voulu faire cela [contre lui],

Textes des Pyramides de l’Égypte ancienne Tome I, Textes des Pyramides d’Ounas et de Téti, Pyramide d’Ounas, textes de l’antichambre, localisation W/A/W inf, colonne 13, spruch {254}, paragraphe 290 c, p.120-121, translittération et traduction de M. Claude Carrier, édit. CYBELE 2009.

Sauver, Protéger :

nḏḏ m-ʿ W


Celui qui est sauvé grâce à la main d’Ounas


Textes des Pyramides de l’Égypte Ancienne, Tome 1, Textes des Pyramides d’Ounas et de Téti. Textes de la Pyramide d’Ounas, textes de l’antichambre , localisation W/A/W sup, colonne 20, Spruch {250}, paragraphe 268 a. Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 110-111, édit. CYBELE 2009

rd~n=f nḏ(w) ṯw nṯr.w
dn Gb ṯb.t=f ḥr tp n(y) ḫft(y)=k ḥm(w)~n=k

(S’)il a permis que les dieux te protègent,
c’est que Geb a placé sa sandale sur la tête de ton adversaire que tu as enlevé

Textes des Pyramides de l’Égypte Ancienne Tome 1, Textes des Pyramides d’Ounas et de Téti. Textes de la Pyramide de Téti, textes de la chambre funéraire, localisation T/F/E s, colonne 2, Spruch {356} paragraphe 578 a – 578 b. Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 236-237, édit. CYBELE 2009.

h3 [Wsjr] M nḏ~n ṯw Ḥr

Ah [Osiris] Mérenrê, (si) Horus t’a protégé,

Textes des Pyramides de l’Égypte Ancienne Tome IV, Textes des Pyramides de Mérenrê, d’Aba, de Neit, d’Ipout et d’Oudjebten. Pyramide de Mérenrê, textes de la chambre funéraire, localisation M/F/E sup, colonne 28, spruch {356}, paragraphes 582 c. Translittération et traduction de M. Claude Carrier, pages 1884-1885, édit. CYBELE 2010.

Quelques autres références extraites de textes anciens égyptiens où le vocable se trouve employé :

« Jnk nḏ(w) sw m-ʿ ḫfty.w=f, smtw=f pw Ḏḥwty, jw=f d=f m(w)d.t drf,

« C’est moi qui le protège contre ses ennemis, Thot est son guide, lui qui fait en sorte que parle l’écrit,

Nouvelle Transcription du papyrus Médical Ebers, translittération, traduction, glossaire et index de Bernard Lalane et Gérard Métra, Planche 1, (1, 1-11), 1, 8 page 11, 2017, Éditions Safran.

Réparer, venger :

jn Ḥr nḏ(w)=f j-jr(w).t~n Stš jr=k

C’est Horus qui réparera ce que Seth a fait contre toi !

Textes des Pyramides de l’Égypte Ancienne Tome IV, Textes des Pyramides de Mérenrê, d’Aba, de Neit, d’Ipout et d’Oudjebten. Pyramide de Mérenrê, textes de la chambre funéraire, localisation M/F/E sup, colonne 36, spruch {357}, paragraphes 592 c. Translittération et traduction de M. Claude Carrier, pages 1888-1889, édit. CYBELE 2010.

Préserver :

(j)m nḏ(w) ḫpr(w)=j m-ʿ Nw

Ne demandez pas ma transformation au sein de Nou

Textes des Sarcophages du Moyen Empire égyptien, volume 1, CTI, Spell [75] (suite 1) (support du texte : sarcophage S1C), page 332, section c. Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 186-187, Éditions du Rocher, 2004.

Protection, protecteur :

𓈖𓆓 𓐩 𓏌 𓀁𓁷𓏺 𓌳𓄿𓇋 𓂋 𓌗𓀀𓅫 𓅓 𓆣 𓂋 𓅓 𓅱


nḏ ḥr mȜír m ḫpr m wḏnw


et exerce ta protection sur le misérable ! Ne te transforme pas en flot torrentiel

𓆓 𓈖𓏌𓏲𓈗𓂋𓋴 𓄭𓂋𓏲𓀁𓊃𓅭𓄿𓏲 𓀸𓀜𓏏𓎡𓈖𓂻𓈖𓅘𓎛𓎛𓇳


r sprw sȜw tkn nḥḥ


contre le plaignant ! Prends garde à l’approche de l’éternité !

Le Conte du Paysan éloquent, B1-175, B1-176, Troisième supplique, page 50-51, texte hiéroglyphique, translittération et traduction commentée par M. Patrice Le Guilloux, Cahiers de l’Association d’Égyptologie Isis, Nº 2, 2ᵉ édition, Angers, 2005.

nḏ(w)=j pʿ.t m ʿ nṯr.w ṯs pẖr
jnk nḏt(y) […]


Je veux protéger le genre humain de la main des dieux, et vice versa !
Je suis le protecteur […]


Textes des Sarcophages du Moyen Empire égyptien, volume 1, CTIV, Spell [334] (support du texte : sarcophage G1T), page 180, section g, h. Translittération et traduction de M. Claude Carrier, page 798-799, Éditions du Rocher, 2004.

Conseil, prendre conseil :

= j ḥk3.w=j m rwd jwf=j 3ḫw.w=j m s3w ʿ.wt=j nwr s(ḫ)n=f ḥr nḏw.t

moi(car) ma magie-hékaou est ce qui affermit ma chair (et) mes formules magiques sont la protection de mes membres. Le héron-nour, il s’appuie sur les conseils


Le Livre des Morts de l’Égypte ancienne, Chapitre 64-a (Papyrus de Nouou 64 long, BM EA 10477), (suite 5), (40), page 228.
Translittération et traduction, M. Claude Carrier, édit. CYBELE, 2009.

t(n) rkḥ(w) bs=f jwty ʿḫm ḏȜ=f ḫ.t sny.t=s(?) spd(w).t pʿw.w ḫw ḥr smȜ n nḏnḏ {t} jwty swȜ ḥr=s n jhȜ=s rn=t nḏ(w) n


« Celui qui allume sa flamme, Celui dont le bâton à feu ne peut être détruit (car) c’est le feu de sa fête du sixième jour qui active les flammes, Celui qui évite de tuer sans prendre conseil, devant lequel on ne passe pas à cause de la souffrance qu’il inflige » est ton nom. Celui que craint


ʿȜ n hmhm=f ḫw ḏ.t=f


un Grand quand il crie, qui protège son corps » […]

Le Livre des Morts de l’Égypte ancienne, Chapitre 145 (suite 7) ( Papyrus de Iouefânkh, Turin), (34), (35), page 574.
Translittération et traduction, M. Claude Carrier, édit. CYBELE, 2009.

[…] sḫn(w) wr rn n(y) nṯr sȜw t(n) jw=j wʿb=kw m mw jpn wʿb(w) Jsds jm=f m ʿq=f r nḏ {t} Stš jm=t m-ẖnw n(y) ʿ.t jmn.t


« Celui qui étreint avec force » est le nom du dieu qui te garde. Je suis purifié avec cette eau avec laquelle Isdès s’est purifié quand il entra pour prendre conseil de Seth à ton sujet à l’intérieur de la chambre cachée,

Le Livre des Morts de l’Égypte ancienne, Chapitre 145 (suite 8) ( Papyrus de Iouefânkh, Turin), (39), page 575.
Translittération et traduction M. Claude Carrier, édit. CYBELE, 2009.


On rencontre la racine (w/و-j / ج – n /ن) quatre-vingt-quatre fois dans le texte Coranique. Quelques passages coraniques où elle figure :


Sauver, échapper ou délivrer :


وَقَالَ ٱلَّذِى نَجَا مِنْهُمَا وَٱدَّكَرَ بَعْدَ أُمَّةٍ أَنَا۠ أُنَبِّئُكُم بِتَأْوِيلِهِۦ فَأَرْسِلُونِ

Wa Qāla Al-Ladhī Najā Minhumā Wa Aiddakara Ba`da ‘Ummatin ‘Anā ‘Unabbi’ukum Bita’wīlihi Fa’arsilūni

Or, celui des deux qui avait été délivré et qui, après quelque temps se rappela, dit: « Je vous en donnerai l’interprétation. Envoyez-moi donc. »

Sourate 12, يوسف /Yûsuf-Joseph, verset 45, Coran.

فَجَآءَتْهُ إِحْدَىٰهُمَا تَمْشِى عَلَى ٱسْتِحْيَآءٍۢ قَالَتْ إِنَّ أَبِى يَدْعُوكَ لِيَجْزِيَكَ أَجْرَ مَا سَقَيْتَ لَنَا ۚ فَلَمَّا جَآءَهُۥ وَقَصَّ عَلَيْهِ ٱلْقَصَصَ قَالَ لَا تَخَفْ ۖ نَجَوْتَ مِنَ ٱلْقَوْمِ ٱلظَّٰلِمِينَ

Fajā’at/hu ‘Iĥdāhumā Tamshī Alá Astiĥyā'in Qālat 'Inna 'Abī Yadūka Liyajziyaka ‘Ajra Mā Saqayta Lanā Falammā Jā’ahu Wa Qaşşa `Alayhi Al-Qaşaşa Qāla Lā Takhaf Najawta Mina Al-Qawmi Až-Žālimīna

Puis l’une des deux femmes vint à lui, d’une démarche timide, et lui dit: « Mon père t’appelle pour te récompenser pour avoir abreuvé pour nous. » Et quand il fut venu auprès de lui et qu’il lui eut raconté son histoire, il (le vieillard) dit: « N’aie aucune crainte: tu as échappé aux gens injustes. »

Sourate 28 القصص / Al-Qasas, le Récit, verset 25, Coran.

Sauver, délivrer, être délivré :

وَإِذْ نَجَّيْنَٰكُم مِّنْ ءَالِ فِرْعَوْنَ يَسُومُونَكُمْ سُوٓءَ ٱلْعَذَابِ يُذَبِّحُونَ أَبْنَآءَكُمْ وَيَسْتَحْيُونَ نِسَآءَكُمْ ۚ وَفِى ذَٰلِكُم بَلَآءٌۭ مِّن رَّبِّكُمْ عَظِيمٌۭ

Wa ‘Idh Najjaynākum Min ‘Āli Firawna Yasūmūnakum Sū'a Al-Adhābi Yudhabbiĥūna ‘Abnā’akum Wa Yastaĥyūna Nisā’akum Wa Fī Dhālikum Balā’un Min Rabbikum `Ažīmun

Lors, Nous vous avons sauvés des sujets de Pharaon qui vous infligeaient le dommage de la correction : ils immolaient vos fils, et forçaient vos femmes à vivre honteusement, et en cela, pour vous : une mise à l’épreuve sans commune mesure venant de votre Enseigneur.

Sourate 2 البقرة / Al-Baqara- La vache, verset 49, essai de traduction et annotations par M. Maurice Gloton, page 8, édition bilingue : Arabe- Français, éditions Albouraq 2018

قُلْ مَن يُنَجِّيكُم مِّن ظُلُمَٰتِ ٱلْبَرِّ وَٱلْبَحْرِ تَدْعُونَهُۥ تَضَرُّعًۭا وَخُفْيَةًۭ لَّئِنْ أَنجَىٰنَا مِنْ هَٰذِهِۦ لَنَكُونَنَّ مِنَ ٱلشَّٰكِرِينَ

Qul Man Yunajjīkum Min Žulumāti Al-Barri Wa Al-Baĥri Tadūnahu Tađarruāan Wa Khufyatan La’in ‘Anjānā Min Hadhihi Lanakūnanna Mina Ash-Shākirīna

Dis: « Qui vous délivre des ténèbres de la terre et de la mer ? » Vous l’invoquez humblement et en secret: « S’Il nous délivre de ceci, nous serons du nombre des reconnaissants.

Sourate 6 الأنعام / Al-Anam- Les Bestiaux

قَدِ ٱفْتَرَيْنَا عَلَى ٱللَّهِ كَذِبًا إِنْ عُدْنَا فِى مِلَّتِكُم بَعْدَ إِذْ نَجَّىٰنَا ٱللَّهُ مِنْهَا ۚ وَمَا يَكُونُ لَنَآ أَن نَّعُودَ فِيهَآ إِلَّآ أَن يَشَآءَ ٱللَّهُ رَبُّنَا ۚ وَسِعَ رَبُّنَا كُلَّ شَىْءٍ عِلْمًا ۚ عَلَى ٱللَّهِ تَوَكَّلْنَا ۚ رَبَّنَا ٱفْتَحْ بَيْنَنَا وَبَيْنَ قَوْمِنَا بِٱلْحَقِّ وَأَنتَ خَيْرُ ٱلْفَٰتِحِينَ

Qadi Aftaraynā Alá Allāhi Kadhibāan 'InUdnā Fī Millatikum Bada 'Idh Najjānā Allāhu Minhā Wa Mā Yakūnu Lanā 'An Naūda Fīhā ‘Illā ‘An Yashā’a Allāhu Rabbunā Wasia Rabbunā Kulla Shay'inIlmāan `Alá Allāhi Tawakkalnā Rabbanā Aftaĥ Baynanā Wa Bayna Qawminā Bil-Ĥaqqi Wa ‘Anta Khayru Al-Fātiĥīna

Certes, nous aurions forgé un mensonge contre Allah si nous revenions à votre religion après qu’Allah nous en a sauvés. Il ne nous appartient pas d’y retourner à moins qu’Allah notre Seigneur ne le veuille. Notre Seigneur embrasse toute chose de Sa science. C’est en Allah que nous plaçons notre confiance. Ô notre Seigneur, tranche par la vérité, entre nous et notre peuple car Tu es le meilleur des juges. »

Sourate 7 الأعراف / Al-Araf- Les Murailles, verset 89, Coran.

ثُمَّ نُنَجِّى رُسُلَنَا وَٱلَّذِينَ ءَامَنُوا۟ ۚ كَذَٰلِكَ حَقًّا عَلَيْنَا نُنجِ ٱلْمُؤْمِنِينَ

Thumma Nunajjī Rusulanā Wa Al-Ladhīna ‘Āmanū Kadhālika Ĥaqqāan `Alaynā Nunji Al-Mu’uminīna

Ensuite, Nous délivrerons Nos messagers et les croyants. C’est ainsi qu’il Nous incombe [en toute justice] de délivrer les croyants.

Sourate 10 يونس / Yunus- Jonas, verset 103, Coran.

وَإِذَا مَسَّكُمُ ٱلضُّرُّ فِى ٱلْبَحْرِ ضَلَّ مَن تَدْعُونَ إِلَّآ إِيَّاهُ ۖ فَلَمَّا نَجَّىٰكُمْ إِلَى ٱلْبَرِّ أَعْرَضْتُمْ ۚ وَكَانَ ٱلْإِنسَٰنُ كَفُورًا

Wa ‘Idhā Massakumu Ađ-Đurru Fī Al-Baĥri Đalla Man Tadūna 'Illā 'Īyāhu Falammā Najjākum 'Ilá Al-Barri 'Arađtum Wa Kāna Al-‘Insānu Kafūrāan

Et quand le mal vous touche en mer, ceux que vous invoquiez en dehors de Lui se perdent. Puis, quand Il vous sauve et vous ramène à terre, vous vous détournez. L’homme reste très ingrat !

Sourate 17 الإسراء / Al-Isra- Le Voyage Nocturne, verset 67, Coran.

وَقَالَ لِلَّذِى ظَنَّ أَنَّهُۥ نَاجٍۢ مِّنْهُمَا ٱذْكُرْنِى عِندَ رَبِّكَ فَأَنسَىٰهُ ٱلشَّيْطَٰنُ ذِكْرَ رَبِّهِۦ فَلَبِثَ فِى ٱلسِّجْنِ بِضْعَ سِنِينَ

Wa Qāla Lilladhī Žanna ‘Annahu Nājin Minhumā Adhkurnī Inda Rabbika Fa'ansāhu Ash-Shayţānu Dhikra Rabbihi Falabitha Fī As-Sijni Biđa Sinīna

Et il dit à celui des deux dont il pensait qu’il serait délivré : « Parle de moi auprès de ton maître ». Mais le Diable fit qu’il oublia de rappeler (le cas de Yusuf (Joseph)) à son maître. Yusuf (Joseph) resta donc en prison quelques années.

Sourate 12 يوسف / Yusuf-Joseph, verset 42, Coran.

Entretien, conseil privé, confidentiel, secret (protégé, préservé de l’indiscrétion), conversation secrète, se concerter :

يَٰٓأَيُّهَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُوٓا۟ إِذَا نَٰجَيْتُمُ ٱلرَّسُولَ فَقَدِّمُوا۟ بَيْنَ يَدَىْ نَجْوَىٰكُمْ صَدَقَةًۭ ۚ ذَٰلِكَ خَيْرٌۭ لَّكُمْ وَأَطْهَرُ ۚ فَإِن لَّمْ تَجِدُوا۟ فَإِنَّ ٱللَّهَ غَفُورٌۭ رَّحِيمٌ

Yā ‘Ayyuhā Al-Ladhīna ‘Āmanū ‘Idhā Nājaytumu Ar-Rasūla Faqaddimū Bayna Yaday Najwākum Şadaqatan Dhālika Khayrun Lakum Wa ‘Aţharu Fa’in Lam Tajidū Fa’inna Allāha Ghafūrun Raĥīmun

Ô vous qui avez cru ! Quand vous avez un entretien confidentiel avec le Messager, faites précéder d’une aumône votre entretien : cela est meilleur pour vous et plus pur. Mais si vous n’en trouvez pas les moyens alors Allah est Pardonneur et très Miséricordieux !

Sourate 58 المجادلة / Al-Mujadalah-La Discussion, verset 12, Coran.

أَلَمْ تَرَ إِلَى ٱلَّذِينَ نُهُوا۟ عَنِ ٱلنَّجْوَىٰ ثُمَّ يَعُودُونَ لِمَا نُهُوا۟ عَنْهُ وَيَتَنَٰجَوْنَ بِٱلْإِثْمِ وَٱلْعُدْوَٰنِ وَمَعْصِيَتِ ٱلرَّسُولِ وَإِذَا جَآءُوكَ
حَيَّوْكَ بِمَا لَمْ يُحَيِّكَ بِهِ ٱللَّهُ وَيَقُولُونَ فِىٓ أَنفُسِهِمْ لَوْلَا يُعَذِّبُنَا ٱللَّهُ بِمَا نَقُولُ ۚ حَسْبُهُمْ جَهَنَّمُ يَصْلَوْنَهَا ۖ فَبِئْسَ ٱلْمَصِيرُ

‘Alam Tará ‘Ilá Al-Ladhīna Nuhū Ani An-Najwá Thumma Yaūdūna Limā Nuhū Anhu Wa Yatanājawna Bil-'Ithmi Wa Al-Udwāni Wa Maşiyati Ar-Rasūli Wa 'Idhā Jā'ūka Ĥayyawka Bimā Lam Yuĥayyika Bihi Allāhu Wa Yaqūlūna Fī 'Anfusihim Lawlā Yuadhibunā Allāhu Bimā Naqūlu Ĥasbuhum Jahannamu Yaşlawnahā Fabi’sa Al-Maşīru

Ne vois-tu pas ceux à qui les conversations secrètes ont été interdites ? Puis, ils retournent à ce qui leur a été interdit, et se concertent pour pécher, transgresser et désobéir au Messager. Et quand ils viennent à toi, ils te saluent d’une façon dont Allah ne t’a pas salué, et disent en eux-mêmes : « Pourquoi Allah ne nous châtie pas pour ce que nous disons ? » L’Enfer leur suffira, où ils brûleront. Et quelle mauvaise destination !

Sourate 58 المجادلة / Al-Mujadalah-La Discussion, verset 8, Coran.

أَلَمْ يَعْلَمُوٓا۟ أَنَّ ٱللَّهَ يَعْلَمُ سِرَّهُمْ وَنَجْوَىٰهُمْ وَأَنَّ ٱللَّهَ عَلَّٰمُ ٱلْغُيُوبِ

‘Alam Yalamū 'Anna Allāha Yalamu Sirrahum Wa Najwāhum Wa ‘Anna Allāha `Allāmu Al-Ghuyūbi

Ne savent-ils pas qu’Allah connaît leur secret et leurs conversations confidentielles et qu’Allah connaît parfaitement les (choses) inconnaissables.

Sourate 9 التوبة /At-Tawbah-Le Repentir, verset 78, Coran.

Salut :

وَيَٰقَوْمِ مَا لِىٓ أَدْعُوكُمْ إِلَى ٱلنَّجَوٰةِ وَتَدْعُونَنِىٓ إِلَى ٱلنَّارِ

Wa Yāqawmi Mā Lī ‘Adūkum 'Ilá An-Najāati Wa Tadūnanī ‘Ilá An-Nāri

Ô mon peuple, mais qu’ai-je à vous appeler au salut, alors que vous m’appelez au Feu ?

Sourate 40 غافر / Al-Gafir -Le Pardonneur, verset 41, Coran.

Confident :

وَنَٰدَيْنَٰهُ مِن جَانِبِ ٱلطُّورِ ٱلْأَيْمَنِ وَقَرَّبْنَٰهُ نَجِيًّۭا

Wa Nādaynāhu Min Jānibi Aţ-Ţūri Al-‘Aymani Wa Qarrabnāhu Najīyāan

Du côté droit du Mont (Sinaï) Nous l’appelâmes et Nous le fîmes approcher tel un confident.
Sourate 19 مريم / Maryam, verset 52, Coran.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s