De l’origine ancienne égyptienne de certains termes arabes figurant dans le Liber Sacer des musulmans que sont الحقّ al-Haqq (pluriel ‎حُقُوق / ḥuqūq ) signifiant «Vérité, Droit, Justice», حقيقة Haqîqa (pluriel حَقَائِق /ḥaqāʾiq) ayant pour sens «Réalité, Vérité, Rectitude, Authenticité» :

ḥḳȜ/ Héqa ou Kheka ou Héka» en écriture hiéroglyphique.
ḥḳȜ/ Héqa ou Kheka ou Héka» en écriture hiéroglyphique.
Wsjr-Wnn-nfr (Osiris-Ounen-néfer) tenant les Sceptres ḥḳȜt/Héqa ou Kheka ou Héka ( symbole des récompenses, en forme de crosse) et Nekhekh  (symbole du châtiment, en forme de fouet ou de fléau, du latin flagellum)
Le Sceptre ḥḳȜt/ Héqa ou Kheka ou Héka.

« ḥqȜ Jmn.t jṯ(w) p.t m mȜa-ḫrw mn Ȝtfw ḫa (=w) m ḥḏ.t Ȝm(w) n=f ḥqȜ.t nḫ(Ȝ) ḫ(Ȝ) wr bȜ.w aȜ » / traduction : « Le souverain de l’Occident qui a pris possession du ciel en tant que justifié, à la Couronne-atef fermement établie, apparu avec la Couronne Blanche, qui a saisi pour lui le sceptre-Héqat ( et) le flagellum, à la grande puissance,»
Verset 14 extrait du Chapitre 182 du Livre des Morts de l’Égypte ancienne, Translittération et traduction de M.Claude Carrier, p.821, édit.CYBELE, 2009.

 

Ces termes en arabe que sont : الحقّ al-Haqq (pluriel ‎حُقُوق / ḥuqūq) signifiant « Vérité, Devoir, Droit, Justice » ; حقيقة Haqîqa (pluriel حَقَائِق /ḥaqāʾiq) ayant pour sens « Réalité, Vérité, Authenticité »  et dont on trouve les équivalents en hébreu tirent leur origine d’un ancien terme des Medou Neter.

Le terme الحقّ al-Haqq (la racine HQq en son sens premier exprime la loi gravée ) entendu communément par « Vérité » renvoie aussi à l’idée de « Droit, Loi, Statut, d’Acte législatif », de « Justice ». Les droits divins se disent en arabe ﺣﻘﻮﻕ ﺍﻟﻠﻪ /Huqúqu’lláh. Le terme al-Haqq est attesté dans la langue arabe bien avant la révélation coranique. Nous pensons qu’il a été emprunté à l’hebreu. Le terme équivalent en hébreu qu’est חֹ֨ק (ḥōq) qui vient de חָקַק (ḥaqaq/prononcez khaw-kak’) a les significations de chose fixée, de loi, d’acte législatif, de décret, de préceptes, ordres, d’ordonnances de droit, de statuts, de coutume, d’usage, de part, de portion, d’actes civils prescrits par Dieu…En araméen syriaque «ḥuqqā» a le sens de «ligne, règle» . En Éthiopien le terme «ḥaqaqa» a les significations d’égaliser, de lier, de fixer.
L’équivalent en hébreu du terme حقيقة Haqîqa auquel les arabes donnent le sens de « Réalité, de Vérité, d’authenticité » est le mot חָקַק (ḥaqaq/ prononcez khaw-kak’) auquel en hébreu on donne les significations de Bâton souverain, de sceptre, de législateur, de chef, aussi celles de tracer, d’ordonner, de loi, de tailler, de graver, de gouverner, d’inscrire une loi, de décréter, de décret. Le terme renvoie à la fonction de législateur, de celui qui décrète la loi…

La racine primitive, originelle de ces vocables en arabe et en hébreu vient du nom du pedum, du bâton augural, de la houlette, le Sceptre pharaonique appelé en ancien égyptien « ḥḳȜt/ Héqa ou Kheka ou Héka» qui symbolisait les fonctions de « Juge » de « Modérateur » de «Recteur»  de «Législateur » et faisait de pharaon qui en était porteur le pâtre, le guide de son peuple. Le nom servant à nommer ce Sceptre pharaonique à l’extrémité supérieure recourbée en forme de crosse était employé pour exprimer « l’action de gouverner », «de diriger», « de régner sur », « d’être le maître de », c’est l’ancien mot égyptien : «ḥḳȜHéqa ou Kheka ou Héka» . Le mot « ḥḳȜt» avait les significations de « pouvoir, d’autorité, de souveraineté » . Sans doute que le terme hébreu חֹ֨ק (ḥōq) signifiant loi, décret, préceptes, ordres, droit, statuts, coutume, usage, part, portion, actes civils prescrits par Dieu tire son origine du nom du Sceptre «ḥḳȜ» ( Réf : « ḥqȜ Jmn.t jṯ(w) p.t m mȜa-ḫrw mn Ȝtfw ḫa (=w) m ḥḏ.t Ȝm(w) n=f ḥqȜ.t nḫ(Ȝ) ḫ(Ȝ) wr bȜ.w aȜ » / traduction : « Le souverain de l’Occident qui a pris possession du ciel en tant que justifié, à la Couronne-atef fermement établie, apparu avec la Couronne Blanche, qui a saisi pour lui le sceptre-Héqat ( et) le flagellum, à la grande puissance,»
Verset 14 extrait du Chapitre 182 du Livre des Morts de l’Égypte ancienne, Translittération et traduction de M.Claude Carrier, p.821, édit.CYBELE, 2009. ) symbole du gouvernement royal, du pharaon guide et médiateur de son peuple. Le terme חָקַק (ḥaqaq /prononcez khaw-kak’) sert à la fois à designer en hébreu « Le Bâton souverain » et le Législateur (Réf. 49 : 10 : לֹֽא־יָס֥וּר שֵׁ֙בֶט֙ מִֽיהוּדָ֔ה וּמְחֹקֵ֖ק מִבֵּ֣ין רַגְלָ֑יו עַ֚ד כִּֽי־יָבֹ֣א [שִׁילֹה כ] (שִׁילֹ֔ו ק) וְלֹ֖ו יִקְּהַ֥ת עַמִּֽים׃ / traduction : «Le sceptre ne s’éloignera point de Juda, Ni le bâton souverain (וּמְחֹקֵ֖ק /ū·mə·ḥō·qêq) d’entre ses pieds, Jusqu’à ce que vienne le Schilo, Et que les peuples lui obéissent.» ou dans Nombres 21: 18 : בְּאֵ֞ר חֲפָר֣וּהָ שָׂרִ֗ים כָּר֙וּהָ֙ נְדִיבֵ֣י הָעָ֔ם בִּמְחֹקֵ֖ק בְּמִשְׁעֲנֹתָ֑ם וּמִמִּדְבָּ֖ר מַתָּנָֽה׃ / traduction: «Puits, que des princes ont creusé, Que les grands du peuple ont creusé, Avec le sceptre (בִּמְחֹקֵ֖ק / bim·ḥō·qêq), avec leurs bâtons! Du désert ils allèrent à Matthana; » aussi dans Psaume 108 : 8 :
‎ לִ֤י גִלְעָ֨ד ׀ לִ֤י מְנַשֶּׁ֗ה וְ֭אֶפְרַיִם מָעֹ֣וז רֹאשִׁ֑י יְ֝הוּדָ֗ה מְחֹקְקִֽי׃ / traduction : «A moi Galaad, à moi Manassé; Ephraïm est le rempart de ma tête, Et Juda, mon sceptre (מְחֹקְקִֽי׃ /·ḥō·qə·qî) ; » )

Quelques versets coraniques où figurent ces termes arabes qui tiennent tous leur racine primitive lointaine des anciens termes égyptiens « ḥḳa » qui avait les significations de « gouverner, de régner sur, d’être le maître de, de dirigeant, de souverain, de seigneur, de chef et « ḥḳat» ayant le sens de « pouvoir, autorité, souveraineté » . Un gouverneur de district en ancien égyptien se disait d’ailleurs : « ḥḳȜ-ḥwt/ḥéka-ḥout » :

Sourate 17, الإسراء / Al-Isra/ Le Voyage nocturne, verset 81 :
‎وَقُلْ جَآءَ ٱلْحَقُّ وَزَهَقَ ٱلْبَٰطِلُ ۚ إِنَّ ٱلْبَٰطِلَ كَانَ زَهُوقًۭا / Translittération : Wa Qul Jā’a Al-Ĥaqqu Wa Zahaqa Al-Bāţilu ‘Inna Al-Bāţila Kāna Zahūqāan / Traduction d’A.Penot : «Dis : La Vérité est venue et l’erreur s’est dissipée, car l’erreur est vouée à disparaître. »

Sourate 9, التوبة / At-Tawbah/ Le Repentir, verset 33 :
‎هُوَ ٱلَّذِىٓ أَرْسَلَ رَسُولَهُۥ بِٱلْهُدَىٰ وَدِينِ ٱلْحَقِّ لِيُظْهِرَهُۥ عَلَى ٱلدِّينِ كُلِّهِۦ وَلَوْ كَرِهَ ٱلْمُشْرِكُونَ / Translittération : Huwa Al-Ladhī ‘Arsala Rasūlahu Bil-Hudá Wa Dīni Al-Ĥaqqi Liyužhirahu `Alá Ad-Dīni Kullihi Wa Law Kariha Al-Mushrikūna / Traduction d’A. Penot : «C’est Lui qui a envoyé Son Prophète avec la guidante et la religion de la Vérité afin de la faire prévaloir sur toutes les autres, n’en déplaise aux polythéistes.»

Sourate 84 , الانشقاق / Al-Insiqaq/La Fêlure, verset 2 :
‎وَأَذِنَتْ لِرَبِّهَا وَحُقَّتْ / Translittération : «Waathinat lirabbiha wahuqqat.» / Traduction de A.Penot : « Se soumettant à bon droit à son Seigneur,»
Note du même traducteur : Huqqat : racine HQQ ( renvoyant au sens du  » devoir faire »)

Sourate 7 , الأعراف / Al-Araf/ Les Remparts, verset 43 :
‎وَنَزَعْنَا مَا فِى صُدُورِهِم مِّنْ غِلٍّۢ تَجْرِى مِن تَحْتِهِمُ ٱلْأَنْهَٰرُ ۖ وَقَالُوا۟ ٱلْحَمْدُ لِلَّهِ ٱلَّذِى هَدَىٰنَا لِهَٰذَا وَمَا كُنَّا لِنَهْتَدِىَ لَوْلَآ أَنْ هَدَىٰنَا ٱللَّهُ ۖ لَقَدْ جَآءَتْ رُسُلُ رَبِّنَا بِٱلْحَقِّ ۖ وَنُودُوٓا۟ أَن تِلْكُمُ ٱلْجَنَّةُ أُورِثْتُمُوهَا بِمَا كُنتُمْ تَعْمَلُونَ / Translittération : Wa Naza`nā Mā Fī Şudūrihim Min Ghillin Tajrī Min Taĥtihimu Al-‘Anhāru Wa Qālū Al-Ĥamdu Lillāhi Al-Ladhī Hadānā Lihadhā Wa Mā Kunnā Linahtadiya Lawlā ‘An Hadānā Allāhu Laqad Jā’at Rusulu Rabbinā BilĤaqqi Wa Nūdū ‘An Tilkumu Al-Jannatu ‘Ūrithtumūhā Bimā Kuntum Ta`malūna / Traduction d’A. Penot : «Nous aurons ôté de leurs cœurs toute rancune, des fleuves s’écouleront sous leurs pieds et ils s’exclameront : Louange à Dieu qui nous a conduits jusqu’ici et nous n’aurions pu y être conduits si Dieu ne nous avait pas guidés. Les émissaires de notre Seigneur étaient bien venus nous apporter la Vérité. Alors on les appellera : Voici le Paradis dont vous avez hérité grâce à vos oeuvres.»

Sourate 7 , الأعراف / Al-Araf/ Les Remparts, verset 44 :
‎وَنَادَىٰٓ أَصْحَٰبُ ٱلْجَنَّةِ أَصْحَٰبَ ٱلنَّارِ أَن قَدْ وَجَدْنَا مَا وَعَدَنَا رَبُّنَا حَقًّۭا فَهَلْ وَجَدتُّم مَّا وَعَدَ رَبُّكُمْ حَقًّۭا ۖ قَالُوا۟ نَعَمْ ۚ فَأَذَّنَ مُؤَذِّنٌۢ بَيْنَهُمْ أَن لَّعْنَةُ ٱللَّهِ عَلَى ٱلظَّٰلِمِينَ / Translittération :
Wa Nādá ‘Aşĥābu Al-Jannati ‘Aşĥāba An-Nāri ‘An Qad Wajadnā Mā Wa`adanā Rabbunā Ĥaqqāan Fahal Wajadtum Mā Wa`ada Rabbukum Ĥaqqāan Qālū Na`am Fa’adhana Mu’uadhinun Baynahum ‘An La`natu Allāhi `Alá Až-Žālimīna / Traduction d’A. Penot : «Les hôtes du Paradis interpelleront ceux de l’enfer : Nous avons vu que les promesses de notre Seigneur s’étaient réalisées ! Avez-vous trouvé la même chose ? Les promesses de votre Seigneur se sont-elles réalisées ? Certes répondront-ils, tandis qu’un héraut leur lancera cet appel : Que la malédiction divine s’abatte sur les transgresseurs ! »

 

Quelques références bibliques concernant les termes hébraïques évoqués :

Genèse 47 : 22 :
‎רַ֛ק אַדְמַ֥ת הַכֹּהֲנִ֖ים לֹ֣א קָנָ֑ה כִּי֩ חֹ֨ק לַכֹּהֲנִ֜ים מֵאֵ֣ת פַּרְעֹ֗ה וְאָֽכְל֤וּ אֶת־חֻקָּם֙ אֲשֶׁ֨ר נָתַ֤ן לָהֶם֙ פַּרְעֹ֔ה עַל־כֵּ֕ן לֹ֥א מָכְר֖וּ אֶת־אַדְמָתָֽם׃
« Seulement, il n’acheta point les terres des prêtres, parce qu’il y avait une loi (חֹ֨ק /ḥōq) de Pharaon en faveur des prêtres, qui vivaient du revenu (חֻקָּם֙/ḥuq·qām ) que leur assurait Pharaon : c’est pourquoi ils ne vendirent point leurs terres.»

Genèse 47 : 26 :
‎וַיָּ֣שֶׂם אֹתָ֣הּ יֹוסֵ֡ף לְחֹק֩ עַד־הַיֹּ֨ום הַזֶּ֜ה עַל־אַדְמַ֥ת מִצְרַ֛יִם לְפַרְעֹ֖ה לַחֹ֑מֶשׁ רַ֞ק אַדְמַ֤ת הַכֹּֽהֲנִים֙ לְבַדָּ֔ם לֹ֥א הָיְתָ֖ה לְפַרְעֹֽה׃
«Joseph fit de cela une loi (לְחֹק֩ / lə·ḥōq) qui a subsisté jusqu’à ce jour, et d’après laquelle un cinquième du revenu des terres de l’Egypte appartient à Pharaon; il n’y a que les terres des prêtres qui ne soient point à Pharaon.»

Exode 15 : 26 :
‎וַיֹּאמֶר֩ אִם־שָׁמֹ֨ועַ תִּשְׁמַ֜ע לְקֹ֣ול ׀ יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֗יךָ וְהַיָּשָׁ֤ר בְּעֵינָיו֙ תַּעֲשֶׂ֔ה וְהַֽאֲזַנְתָּ֙ לְמִצְוֹתָ֔יו וְשָׁמַרְתָּ֖ כָּל־חֻקָּ֑יו כָּֽל־הַמַּֽחֲלָ֞ה אֲשֶׁר־שַׂ֤מְתִּי בְמִצְרַ֙יִם֙ לֹא־אָשִׂ֣ים עָלֶ֔יךָ כִּ֛י אֲנִ֥י יְהוָ֖ה רֹפְאֶֽךָ׃ ס / traduction :
«Il dit : Si tu écoutes attentivement la voix de l’Eternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois (חֻקָּ֑יו / ḥuq·qāw ) , je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Egyptiens; car je suis l’Eternel, qui te guérit. »

Deutéronome 16 : 12 :
‎וְזָ֣כַרְתָּ֔ כִּי־עֶ֥בֶד הָיִ֖יתָ בְּמִצְרָ֑יִם וְשָׁמַרְתָּ֣ וְעָשִׂ֔יתָ אֶת־הַֽחֻקִּ֖ים הָאֵֽלֶּה׃ פ / traduction : «Tu te souviendras que tu as été esclave en Egypte, et tu observeras et mettras ces lois (הַֽחֻקִּ֖ים / ha·ḥuq·qîm) en pratique.»

Psaumes 119 : 112 :
‎בָּר֖וּךְ אַתָּ֥ה יְהוָ֗ה לַמְּדֵ֥נִי חֻקֶּֽיךָ׃
«J’incline mon coeur à pratiquer tes statuts (חֻקֶּֽיךָ׃ / ḥuq·qe·ḵā), Toujours, jusqu’à la fin.»

Exode 18 : 20 :
‎וְהִזְהַרְתָּ֣ה אֶתְהֶ֔ם אֶת־הַחֻקִּ֖ים וְאֶת־הַתֹּורֹ֑ת וְהֹודַעְתָּ֣ לָהֶ֗ם אֶת־הַדֶּ֙רֶךְ֙ יֵ֣לְכוּ בָ֔הּ וְאֶת־הַֽמַּעֲשֶׂ֖ה אֲשֶׁ֥ר יַעֲשֽׂוּן׃ / traduction : «Enseigne-leur les ordonnances ( הַחֻקִּ֖ים / ha·ḥuq·qîm) et les lois ; et fais-leur connaître le chemin qu’ils doivent suivre, et ce qu’ils doivent faire.»

Lévitique 10 : 13 :
‎וַאֲכַלְתֶּ֤ם אֹתָהּ֙ בְּמָקֹ֣ום קָדֹ֔שׁ כִּ֣י חָקְךָ֤ וְחָק־בָּנֶ֙יךָ֙ הִ֔וא מֵאִשֵּׁ֖י יְהוָ֑ה כִּי־כֵ֖ן צֻוֵּֽיתִי׃ / traduction : «Vous le mangerez dans un lieu saint ; c’est ton droit (חָקְךָ֤ / ḥā·qə·ḵā ) et le droit ( וְחָק־ / wə·ḥāq-) de tes fils sur les offrandes consumées par le feu devant l’Éternel ; car c’est là ce qui m’a été ordonné.»

Lévitique 26 : 46 :
‎אֵ֠לֶּה הַֽחֻקִּ֣ים וְהַמִּשְׁפָּטִים֮ וְהַתֹּורֹת֒ אֲשֶׁר֙ נָתַ֣ן יְהוָ֔ה בֵּינֹ֕ו וּבֵ֖ין בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֑ל בְּהַ֥ר סִינַ֖י בְּיַד־מֹשֶֽׁה׃ פ / traduction : « Tels sont les statuts (הַֽחֻקִּ֣ים / ha·ḥuq·qîm ), les ordonnances et les lois, que l’Éternel établit entre lui et les enfants d’Israël, sur la montagne de Sinaï, par Moïse.»

1 Chroniques 29 : 19 :
‎וְלִשְׁלֹמֹ֣ה בְנִ֗י תֵּ֚ן לֵבָ֣ב שָׁלֵ֔ם לִשְׁמֹור֙ מִצְוֹתֶ֔יךָ עֵדְוֹתֶ֖יךָ וְחֻקֶּ֑יךָ וְלַעֲשֹׂ֣ות הַכֹּ֔ל וְלִבְנֹ֖ות הַבִּירָ֥ה אֲשֶׁר־הֲכִינֹֽותִי׃ פ / traduction : «Donne à mon fils Salomon un cœur dévoué à l’observation de tes commandements , de tes préceptes et de tes lois ( וְחֻקֶּ֑יךָ / wə·ḥuq·qe·ḵā) , afin qu’il mette en pratique toutes ces choses, et qu’il bâtisse le palais pour lequel j’ai fait des préparatifs. »

Deutéronome 33 : 21 :
‎וַיַּ֤רְא רֵאשִׁית֙ לֹ֔ו כִּי־שָׁ֛ם חֶלְקַ֥ת מְחֹקֵ֖ק סָפ֑וּן וַיֵּתֵא֙ רָ֣אשֵׁי עָ֔ם צִדְקַ֤ת יְהוָה֙ עָשָׂ֔ה וּמִשְׁפָּטָ֖יו עִם־יִשְׂרָאֵֽל׃ ס / traduction :
«Il a choisi les prémices du pays, Car là est caché l’héritage du législateur (מְחֹקֵ֖ק / mə·ḥō·qêq ); Il a marché en tête du peuple, Il a exécuté la justice de l’Eternel, Et ses ordonnances envers Israël.»
Esaïe 22 : 16 :
‎מַה־לְּךָ֥ פֹה֙ וּמִ֣י לְךָ֣ פֹ֔ה כִּֽי־חָצַ֧בְתָּ לְּךָ֛ פֹּ֖ה קָ֑בֶר חֹצְבִ֤י מָרֹום֙ קִבְרֹ֔ו חֹקְקִ֥י בַסֶּ֖לַע מִשְׁכָּ֥ן לֹֽו׃ / traduction :
«Qu’y a-t-il à toi ici, et qui as-tu ici, Que tu creuses ici un sépulcre ? Il se creuse un sépulcre sur la hauteur, Il se taille (חֹקְקִ֥י / ḥō·qə·qî ) une demeure dans le roc !»

Proverbes 31 : 5 :
‎פֶּן־יִ֭שְׁתֶּה וְיִשְׁכַּ֣ח מְחֻקָּ֑ק וִֽ֝ישַׁנֶּה דִּ֣ין כָּל־בְּנֵי־עֹֽנִי׃
«De peur qu’en buvant ils n’oublient la loi (מְחֻקָּ֑ק / ·ḥuq·qāq ), Et ne méconnaissent les droits de tous les malheureux.»

Proverbes 8 : 27 :
‎בַּהֲכִינֹ֣ו מַיִם שָׁ֣ם אָ֑נִי בְּח֥וּקֹו ח֝֗וּג עַל־פְּנֵ֥י תְהֹֽום׃
«Lorsqu’il disposa les cieux, j’étais là; Lorsqu’il traça (בְּח֥וּקוֹ / ·ḥū·qōw) un cercle à la surface de l’abîme,»

Esaïe 33 : 22 :
‎כִּ֤י יְהוָה֙ שֹׁפְטֵ֔נוּ יְהוָ֖ה מְחֹקְקֵ֑נוּ יְהוָ֥ה מַלְכֵּ֖נוּ ה֥וּא יֹושִׁיעֵֽנוּ׃ / traduction :
«Car l’Eternel est notre juge, L’Eternel est notre législateur (מְחֹקְקֵ֑נוּ / mə·ḥō·qə·qê·nū), L’Eternel est notre roi : C’est lui qui nous sauve.»

Nombres 21 : 18 :
‎בְּאֵ֞ר חֲפָר֣וּהָ שָׂרִ֗ים כָּר֙וּהָ֙ נְדִיבֵ֣י הָעָ֔ם בִּמְחֹקֵ֖ק בְּמִשְׁעֲנֹתָ֑ם וּמִמִּדְבָּ֖ר מַתָּנָֽה׃ / traduction :
«Puits, que des princes ont creusé, Que les grands du peuple ont creusé, Avec le sceptre ( בִּמְחֹקֵ֖ק / bim·ḥō·qêq) avec leurs bâtons! Du désert ils allèrent à Matthana ;»

Juges 5 : 9 :
‎לִבִּי֙ לְחֹוקְקֵ֣י יִשְׂרָאֵ֔ל הַמִּֽתְנַדְּבִ֖ים בָּעָ֑ם בָּרֲכ֖וּ יְהוָֽה׃ / traduction :
«Mon coeur est aux gouverneurs (לְחוֹקְקֵ֣י / lə·ḥō·wq·qê ) d’Israël, A ceux du peuple qui se sont montrés prêts à combattre. Bénissez l’Eternel!»

Psaumes 108 : 8 :
‎לִ֤י גִלְעָ֨ד ׀ לִ֤י מְנַשֶּׁ֗ה וְ֭אֶפְרַיִם מָעֹ֣וז רֹאשִׁ֑י יְ֝הוּדָ֗ה מְחֹקְקִֽי׃ / traduction :
«A moi Galaad, à moi Manassé ; Ephraïm est le rempart de ma tête, Et Juda, mon sceptre ( מְחֹקְקִֽי׃ / mə·ḥō·qə·qî ) ;»

Juges 5 : 14 :
‎מִנִּ֣י אֶפְרַ֗יִם שָׁרְשָׁם֙ בַּעֲמָלֵ֔ק אַחֲרֶ֥יךָ בִנְיָמִ֖ין בַּֽעֲמָמֶ֑יךָ מִנִּ֣י מָכִ֗יר יָֽרְדוּ֙ מְחֹ֣קְקִ֔ים וּמִ֨זְּבוּלֻ֔ן מֹשְׁכִ֖ים בְּשֵׁ֥בֶט סֹפֵֽר׃ / traduction :
«D’Ephraïm arrivèrent les habitants d’Amalek. A ta suite marcha Benjamin parmi ta troupe. De Makir vinrent des gouverneurs (מְחֹ֣קְקִ֔ים / mə·ḥō·qə·qîm) Et de Zabulon des commandants.»

Proverbes 8 : 15 :
‎בִּ֭י מְלָכִ֣ים יִמְלֹ֑כוּ וְ֝רֹוזְנִ֗ים יְחֹ֣קְקוּ צֶֽדֶק׃
«Par moi les rois règnent, Et les princes ordonnent ( יְחֹ֣קְקוּ / yə·ḥō·qə·qū) ce qui est juste ;»

 

Iry Mekhat

Paris 9 Avril 2018 .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s